Fin de la règle des 100 km : une habitante de Louviers témoigne, « je vais enfin pouvoir revoir mes parents à Caen »

Une famille séparée. Tiphaine Montagne habite à Louviers à 123 km de Caen, où vivent ses parents et son frère. Depuis le 17 mars, pas de réunion possible. Les échanges sont réduits aux appels téléphoniques et en visio. La fin de la règle des 100 km s’annonce comme une libération. Témoignage.

Cap sur Caen. Tiphaine Montagne prévoit de parcourir les 123 km qui l'isole de sa famille. (Image d'illustration)
Cap sur Caen. Tiphaine Montagne prévoit de parcourir les 123 km qui l'isole de sa famille. (Image d'illustration) © PHOTOPQR/SUD OUEST/MAXPPP
Tiphaine Montagne a quitté Caen et le cocon familial à l’âge de 18 ans pour un amour de jeunesse. Depuis trois ans, la jeune femme habite à Louviers dans l’Eure. Ses parents et son frère vivent toujours dans un pavillon caennais, à 123 km de leur fille.

Malgré la levée du confinement le 11 mai 2020, Tiphaine Montagne n’a pas pu rendre visite à sa famille. Les déplacements sont uniquement autorisés dans un rayon de 100 km. Mais la Normandie, c’est vaste. Louviers (27) et Caen (14) ne rentrent pas dans le périmètre. Quelques kilomètres de trop l'obligent à rester isolée sans ses proches. Pas question de braver les interdits pour autant : « je préfère dépenser mon argent dans autre chose que dans une amende ! », relève la Normande de 21 ans.
 
« La liberté va redevenir la règle », annonce le Premier Ministre Edouard Philippe le 28 mai. Un soulagement pour Tiphaine Montagne. Il est donc possible de se déplacer sans restriction, à partir du mardi 2 juin. « Je suis contente, je vais enfin pouvoir revoir mes parents », lance réjouie cette habitante de l’Eure. Vendredi, elle sautera dans le train pour rejoindre Caen, là où elle a grandi.
 

« Si on était à nouveau confinés, je ne resterai pas toute seule. J'irai chez mes parents » Tiphaine Montagne, habitante de Louviers originaire de Caen

 

Confinée seule et loin de ses proches

Tiphaine Montagne n’a pas rendu visite à sa famille depuis les fêtes de Noël. Salariée dans le secteur de la restauration rapide, la jeune active n’a pas eu l’opportunité de « poser quelques jours de congés ». Et puis il y a eu le confinement.

« Cela m’a fait du bien, j’ai appris à me prendre en main seule », analyse Thiphaine Montagne. Mais vivre enfermée dans un appartement, cela pèse sur le moral. Loin de ses proches, la jeune femme a trouvé le temps long. Les appels en visio ne remplacent pas les regards, les sourires et les accolades. « J’aimerais prendre mes parents dans mes bras », raconte cette Lovérienne d’adoption. Elle précise : « quand j’ai un coup de mou, je les appelle. Mais ça n’a rien à voir. Ce n’est pas comme si on parlait en face-à-face ».
 

« Cela va faire du bien de se retrouver en famille et de se voir en vrai », Thiphaine Montagne, habitante de Louviers originaire de Caen

 

« Passer de bons petits moments »

Tiphaine Montagne attend avec impatience les retrouvailles avec ses proches. Bien consciente des précautions sanitaires à respecter, la jeune femme prévoit des choses simples : « je vais profiter de mes parents, de mon frère et passer de bons petits moments ».

Tout est déjà très programmé. Après une heure et quart de voyage, son frère Antonin viendra la chercher en voiture à la gare de Caen. « On fera les magasins et on parlera boulot », s’enthousiasme-t-elle.
 

« Maman va être contente de me voir », Thiphaine Montagne, habitante de Louviers originaire de Caen
 

Faire une surprise à Maman

« Ma mère ne sait pas que je viens, c’est une surprise pour la fête des mères », explique Tiphaine Montagne, Caennaise le temps d'un week-end. La jeune femme arrivera à l’heure du déjeuner. « Mon père mettra la table pour quatre personnes et ma mère se demandera qui est attendu », se réjouit-elle. Avant d’ajouter émue : « Maman va être contente de me voir ».

Dimanche, jour de la fête des mères, Tiphaine envisage de « faire un dessert avec [s]on père ». Après des études de pâtisserie avortées, la Normande veut revenir à ses premières amours et mettre la main à la pâte pour faire plaisir à sa mère. Sans vouloir tout dévoiler, elle se projette : « je pourrais faire un mille-feuilles, un fraisier ou une petite tarte : ma mère aime tout ! ».

Samedi, La Lovérienne s’accordera une escapade avec ses amis. Tous sont restés à Caen. L’occasion de partager des souvenirs et du bon temps (presque) comme avant.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
déconfinement société coronavirus : envie d'évasion santé
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter