Frelon : attention danger, présence inhabituelle cet automne

Publié le
Écrit par Agathe Tournoux .

Ces dernières semaines de nombreuses piqures de frelons, parfois fatales, ont fait les gros titres en Normandie. Une situation inhabituelle et inquiétante due aux températures douces de cette année.

" Ce n'est pas une présence inhabituelle, c'est carrément une invasion !", dans sa commune de Seine Maritime, Marc Fourneaux, président du groupement de défense sanitaire des abeilles, recense 10 nids de frelons asiatiques, un record. " On n'avait jamais vu ça, c'est effrayant, d'habitude on en a 1 ou 2 par an!".  En cause, la météo clémente de cette année. 

C'est simple, on a eu un hiver doux, donc les larves n'ont pas subit les gelés habituelles et ont toutes survécus, un printemps sec et un été chaud... tous les éléments étaient réunis pour une prolifération des insectes."

David, gérant d'une entreprise de désinsectisation

Les nids peuvent se cacher dans la cime des arbres, dans du mobilier de jardin, mais aussi dans les haies. Alors qu'il entamait sa dernière taille avant l'hiver dans sa maison au sud de Caen, Franck a fait, pour la première fois, une effrayante rencontre. 

Quand j'ai entamé la première haie j'ai vu une dizaine de frelons s'énerver autour de moi. Je suis alors passé à la deuxième et là pareil, j'ai tout arrêté. C'est assez impressionnant d'en avoir plusieurs qui vous tournent autour!

Franck

Après avoir alerté son voisin, ce calvadosien a contacté sa commune qui fait appel à la FREDON , organisme à vocation sanitaire, afin d'envoyer sur place des professionnels. 

Entre septembre et octobre, plusieurs attaques de frelons ont eu lieu rien que dans le département de la Manche, dont deux pendant des courses à pied et en VTT. Dimanche 16 octobre, un homme de 71 ans est mort d'une piqure près de Saint-Lô.  

 

Frelon asiatique : ces gestes qui sauvent la vie

Si le phénomène concerne aussi les guêpes et les abeilles, les piqures de frelon communs et asiatiques sont beaucoup plus vénéneuses et peuvent être fatales. Une piqûre peut provoquer une réaction allergique mortelle, chez les personnes sensibles à ce venin. Certains gestes de premier secours peuvent permettre d'éviter des drames. 

 

Si vous soupçonnez la présence d'un nid chez vous, appelez un professionnel. "Il ne faut jamais faire ça tout seul, prévient Marc Fourneaux, président de la DGSA de Seine Maritime, le mieux pour limiter la population de frelons c'est le piégeage au printemps, avant la mi mai. Mais il faut des pièges spécifiques et être accompagné d'un référent sinon vous risquez de piéger d'autres polinisateurs !".

L'intervention ,qui coûte entre 70 et 300 euros, est en partie subventionnée dans le département de la Seine Maritime et de l'Eure. Toutes les informations sont à retrouver sur une plateforme dédiée de la préfecture. de la Seine Maritime et de l'Eure

Le frelon asiatique, un danger pour les abeilles 

Dangereux pour les humains, le frelon asiatique s'avère particulièrement problématique pour les abeilles. Arrivé en 2004 en France, l'insecte, venu d'Asie du Sud Est, s'est bien adapté au territoire, et même un peu trop.

Y en a depuis plusieurs années mais ils arrivent tard en général, vers le mois de septembre. Du fait du climat cette année ils sont apparus très tôt en saison… Dès le mois de juillet on en a vu et ça a été de mal en pis.

Julien, apiculteur dans l’Eure "la marre aux abeilles"

Implanté dans l'Eure depuis 12 ans, cet apiculteur s'inquiète pour ses abeilles, premières victimes des frelons asiatiques. "En plus de les manger, les frelons stressent les colonies. C'est une réaction en chaîne, moins d'abeilles égal moins de ressources, égal colonie trop faible pour passer l'hiver et on se retrouve au printemps avec des ruches mortes de faim ou pas assez forte pour repartir travailler. C'est double peine !" 

Avec le dérèglement climatique et la hausse des températures, ce phénomène risque de se répéter les années suivantes. Une perspective qui inquiète les professionnels du secteur, démunis. 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité