La Brittany Ferries repousse la réouverture d'un partie de son trafic avec l'Espagne, la Grande-Bretagne et l'Irlande

Très durement touchée depuis le début de la crise sanitaire du Covid-19, la compagnie maritime Britanny Ferries doit se résoudre à retarder la reprise de plusieurs de ses rotations habituelles, notamment à destination du Royaume-Uni, de l'Irlande et de l'Espagne. 

Le redémarrage de quatre navires de la Britanny Ferries prévu le 22 mars a été reporté à la mi-mai, au plus tôt.
Le redémarrage de quatre navires de la Britanny Ferries prévu le 22 mars a été reporté à la mi-mai, au plus tôt. © PHOTOPQR/OUEST FRANCE/MAXPPP

La Britanny Ferries tablait sur une reprise du trafic au début du printemps fin mars. Devant l'évolution de la crise sanitaire, elle doit se résoudre à attendre davantage pour relancer ses rotations avec la Grande-Bretagne, l'Irlande et l'Espagne. Le redémarrage de quatre navires prévu le 22 mars a donc été reporté "jusqu'à la mi-mai, au plus tôt", a précisé la compagnie maritime dans un communiqué.

Deux raisons sont avancées pour justifier ce report. La première concerne les restrictions sanitaires en vigueur dans les pays concernés. En effet, l'Angleterre et l'Irlande se trouvent actuellement sous l'effet d'un confinement strict. Ne peuvent y entrer que les voyageurs justifiant d'un motif impérieux, et enclin à se soumettre à un isolement de 8 jours incluant deux tests PCR.

Des rotations touristiques pas assez rentables pour être relancées

De notre côté, en France, il a été décidé d'interdire les sorties du territoire vers les pays hors-UE, à moins d'un motif impérieux. Ces décisions de précaution sanitaire pour éviter la propagation des variants du Covid-19 ont pour conséquence des niveaux de réservations de traversées en ferry historiquement bas. C'est la seconde raison invoquée par la Britanny Ferries pour reporter sa reprise du trafic. "Ce ne serait tout simplement pas viable d'exploiter des lignes déficitaires pour l'instant". D'autant plus que la société a déjà vu la fréquentation de ses bateaux chuter en 2020, 700 000 passagers contrairement aux 2 500 000 généralement convoyés, soit une perte de 250 millions d'euros.

Toutefois, que les usagers ayant déjà réservé leur billet se rassurent, ils se verront proposer un report ou un remboursement du voyage par la compagnie. "Dès que nos clients pourront voyager sereinement et dès que les gouvernements seront en mesure de présenter des directives claires et concertées, nous répondrons bien évidemment présents" ajoute l'entreprise. Difficile de ne pas y voir un tacle envers la gestion de la crise sanitaire par les divers dirigeants européens. 

Des navires toujours en circulation pour le frêt

Cinq ou six navires continueront tout de même leur service "afin de répondre aux besoins essentiels des voyageurs et de permettre aux marchandises de circuler librement". Cela concerne les rotations depuis les ports normands de Caen-Ouistreham, Cherbourg et du Havre, pour le fret. Pour rappel, la Brittany Ferries a obtenu le prêt de 117 millions d'euros auprès de plusieurs banques pour passer la crise. 
 

 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
trafic économie transports mer région normandie tourisme