Les nappes phréatiques ont fait le plein avec les intempéries : la Normandie à l'abri des restrictions d'eau ?

Les pluies des derniers mois ont rempli les nappes phréatiques de Normandie. Elles atteignent un niveau "modérément haut" dans la Manche, le Calvados, l'Orne et la Seine-Maritime, à l'exception de l'Eure. Une nouvelle encourageante après les restrictions d'eau imposées les étés derniers en Normandie.

Les intempéries de cet automne et de cet hiver auront permis, à défaut d'avoir causé d'importants dégâts, de remplir les nappes phréatiques de Normandie. Les départements de la Manche, du Calvados, de la Seine-Maritime et de l'Orne ont atteint un niveau "modérément haut" au mois de mars, selon le site Info-Sécheresse.

Une situation nettement plus favorable que l'année dernière, lorsque l'absence de pluie avait contraint les préfectures du Calvados et de l'Orne à déclencher le niveau 1 de vigilance sécheresse dès le début du printemps.

L'Eure fait exception

Depuis le passage de la tempête Ciaran, l'indice de pluviométrie a même atteint des records. Le site Météo Basse Normandie a enregistré un cumul de pluie en hausse de 110% en novembre, par rapport aux normes de saison 1991-2020. Un chiffre qui avoisine les 67% en février au sud de la région.

En raison du manque de soleil et des pluies cumulées depuis l'automne, les sols ont du mal à se réchauffer et restent gorgés d'eau.

Christopher Bribet

Météo Basse-Normandie

En revanche, le département de l'Eure qui compte quatre réserves d'eaux souterraines affiche un niveau "modérément bas" pour la saison. Cette situation s'explique simplement par une pluviométrie plus faible que dans le reste de la région ces derniers mois. 

Sauf catastrophe naturelle de grande ampleur, le niveau d'eau des nappes phréatiques normandes devrait rester élevé ces prochains mois. "Nous sommes à l'abri de restrictions d'eau cet été, sauf en cas de grande sécheresse prolongée dans le temps", réagit Christopher Bribet, administrateur du site Météo Basse Normandie.

Les prévisions de Météo France sont toutefois plus prudentes. Les deux scénarios à l'étude actuellement d'une probabilité égale de 30%  – ne permettent pas encore aux météorologues de déterminer si la sécheresse sera de retour dans les trois prochains mois.