Lubrizol : le préfet de Région devant les élus normands

© Olivier Flavien, France 3 Normandie
© Olivier Flavien, France 3 Normandie

Le préfet de Région et de Seine-Maritime était auditionné ce lundi 14 octobre par les élus du Conseil Régional.
Il a admis que le système d'alerte des populations était obsolète.

Par ML et AFP


C'est à la demande des élus normands d'Europe Ecologie Les verts que l'ordre du jour de la session plénière de la Région a été modifié. Il faut dire que la parole du préfet Pierre-André Durand était très attendue dans l'hémicycle.
Dans un premier temps le président de Région a annoncé la création d'un fond d'aide aux agriculteurs impactés par les mesures de consignations des denrées alimentaires potentiellement touchées par le panache de fumée de Lubrizol : lait, fruits et légumes, oeufs et miel. Cinq millions d'euros sont ainsi été débloqués, un dispositif qui pourra s'étendre également aux commerçants et professionnels du tourisme impactés par le nuage.

Puis le préfet a été auditionné par les élus normands. Il a d'abord rapporté sa récente entrevue avec la direction de l'usine Lubrizol qui dit il, se tient prête à assumer les conséquences de l'incendie, et à endosser sa responsabilité si elle est avérée.
L'ensemble des collectivités locales touchées par le sinistre devront faire connaitre aux autorités l'étendue des dégats, et en estimer les coûts.

D'autre part, Pierre-André Durand est revenu sur le système d'alerte des populations à l'occasion d'une catastrophe comme celle-ci.
                      "Nous avons été très efficaces ...mais il n'empêche que nous travaillons avec des outils datés qui devront évoluer" a t-il concédé.
                      "Il faut que nous arrivions maintenant à toucher l'usager chez lui" a t-il également reconnu, rappelant qu'une directive européenne applicable en 2022 était à l'étude, avec envoi de messages personnalisés sur les téléphones portables des populations concernées. Le ministère de l'Intérieur travaillerait actuellement à l'élaboration de cette nouvelle procédure.
Un systéme approchant existe déjà à Gonfreville l'Orcher, où les riverains des sites sensibles possèdent un boitier d'alerte et reçoivent un message sur leur téléphone.

L'audition du préfet de Région a laissé certains élus sur leur faim : ils réclament toujours la transparence sur les produits qui ont brûlé, et l'indemnisation de toutes les victimes.
 
Direct du Conseil Régional, Angèle de Vecchi


 

Sur le même sujet

Les + Lus