"On a peur des odeurs" : après la station d'épuration, l'usine de boyaux pour ce petit hameau

Deux ans après avoir échappé à l'implantation d'une station d'épuration, les habitants d'un hameau du sud Manche repartent au combat. Par peur des odeurs, ils se mobilisent cette fois contre une boyauderie. Le patron de l'entreprise assure qu'il n'y a pas de quoi s'inquiéter.

"En 2021, ils voulaient nous mettre une station d'épuration à 100 mètres de chez nous. Aujourd'hui, c'est une boyauderie, une des pires usines niveau nuisances olfactives".

Les riverains de la ZAC de l'Estuaire à Poilley dans la Manche sont vent debout contre le projet d'implantation d'une boyauderie. Ils estiment que l'usine de fabrication de boyaux émettrait des odeurs nauséabondes, ce que conteste le directeur de la société Roland, dernière entreprise en France à maîtriser ce savoir-faire. 

"On veut faire une belle usine et créer de l'emploi"

Pour tenter d'éviter l'arrivée de l'usine, ils ont sorti du sommeil leur association Stop à la Step, préservons notre hameau, qu'ils avaient créé il y a deux ans pour repousser l'installation d'une station de traitement des eaux usées à une centaine de mètres de leurs maisons.

Les riverains avaient alors rapidement gagné le combat, "parce qu'on avait des arguments en béton, notamment la loi du littoral de notre côté". Résultat : la station d'épuration est allée s'installer à Saint-Quentin-sur-le-Homme, à quelques kilomètres plus au nord. À nouveau mobilisés, ils comptent bien remporter une nouvelle victoire.

L'endroit choisi pour l'implantation impacte encore plus d'habitations qu'il y a deux ans, de nouveaux membres ont rejoint l'association, y compris des chefs d'entreprises de la ZAC. Pour nous, cette boyauderie va poser un problème de pollution olfactive et de l'eau parce qu'il y a des rejets d'eau très corrosive.

Association Stop à la Step, préservons notre hameau

"Ce n'est que de l'eau salée, et elle sera évacuée via le réseau d'assainissement", rétorque Nicolas Lhotelier. Le directeur de la boyauderie Roland est allé à la rencontre des habitants inquiets de Poilley pour désamorcer les craintes et rassurer les riverains. S'il reconnaît que son entreprise actuelle génère certaines déperditions d'odeurs, il estime que c'est à cause de la vétusté de ses locaux, basé à Saint-Senier-sous-Avranches depuis plus d'un siècle.

Selon lui, son nouvel établissement permettra de stocker les résidus dans des compartiments réfrigérés, et ainsi, d'éviter les éventuelles odeurs nauséabondes. 

durée de la vidéo : 00h03mn22s
C Normand : Dans les entrailles d'une boyauderie Reportage : Jean-Yves Gélébart, Jean-Michel Guillaud et Régis Saint-Estève Montage : Emilie Desramé ©France Télévisions


Nicolas Lhotelier veut surtout moderniser sa société. L'implanter dans un complexe neuf lui permettrait en outre d'offrir de meilleures conditions de travail à ses 20 salariés, et même de recruter une dizaine de collaborateurs. "C'est important pour moi de rester implanté dans le secteur, pour garder mes salariés. Cette parcelle dans la ZAC de l'Estuaire est le seul endroit dans l'agglomération où l'on me propose de m'installer, et je n'ai pas envie de délocaliser près de Villedieu ou Fougères."

La nouvelle usine victime de la politique ?

Le bail des locaux historiques de sa boyauderie arrive à échéance en février 2025. D'ici là, il souhaite pouvoir construire sa nouvelle usine. Dix mois sont nécessaires pour y parvenir, alors le temps presse.

Pourtant, Nicolas Lhotelier va devoir prendre son mal en patience. Initialement prévu au menu du conseil d'agglomération de ce jeudi 12 octobre, le vote de la cession du terrain de Poilley vient d'être supprimé de l'ordre du jour. 

J'ai un principe fondamental dans ma gouvernance, c'est de ne pas prendre de décision allant à l'encontre du conseil municipal d'une des communes de l'agglomération. Or, là, il n'y a pas consensus à Poilley.

David Nicolas, président de la Communauté d'agglomération Mont-Saint-Michel-Normandie

Car les choses n'ont pas été faites tout à fait dans les règles de l'art à Poilley. Le maire, Jean-Michel Viel a indiqué à la communauté d'agglomération Mont-Saint-Michel-Normandie que sa commune donnait son aval pour l'implantation de l'entreprise, mais sans avoir consulté ses adjoints au préalable. 

"Les conseillers municipaux n'avaient pas été informés, les entreprises de la ZAC l'ont appris au dernier moment", fustige le collectif d'opposition. Réuni en urgence il y a une semaine, le conseil municipal se prononce finalement en grande majorité contre la venue de la boyauderie (9 voix contre, 2 pour, une abstention). 

"Ça ne veut pas dire que ça ne se fera pas, tempère David Nicolas, mais il me semble que le travail nécessaire de pédagogie initiale n'a pas été fait, qu'il y a encore un temps de médiation à faire autour du projet". Il ne mettra pas au vote communautaire le projet tant qu'il n'y aura pas consensus à dans la commune.

À l’heure actuelle, pareille issue apparaît peu probable, et il semblerait que l'association Stop à la Step se dirige vers une nouvelle victoire dans son combat pour préserver un air respirable à Poilley. Déçus et surpris de ce revirement de situation, les dirigeants de la boyauderie Roland ont décidé de publier une lettre ouverte à destination des élus de l'agglomération, mais aussi de Hervé Morin, président de Région. 

Lettre ouverte de la Boyauderie Roland à destination des élus de l'agglomération Mont-Saint-Michel-Normandi... by boris.letondeur on Scribd

Pour eux non plus, le combat n'est donc pas terminé. Ils entendent bien faire le maximum pour préserver leur savoir-faire unique en France et l'emploi de leurs salariés. Toutefois, la pérennité de l'activité reste conditionnée à la réalisation du projet de nouvelle usine. 

L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Normandie
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité