Un poisson lune filmé en baie du Mont Saint-Michel : "c'est un animal unique, hors-norme"

La rencontre, fascinante n'a duré que quelques minutes : le 10 septembre, une équipe de naturalistes qui naviguait devant Carolles (Manche) a croisé la route de ce poisson dont la présence dans nos eaux est très rarement observée.

Le grand corbeau est un seigneur qui règne sur les falaises de la baie du Mont Saint-Michel. Mais son repaire n'est pas toujours simple à observer. "J'étais avec des copains naturalistes. Je voulais leur montrer l'endroit où il a niché cette année. Son nid n'est visible que depuis la mer", raconte l'ornithologue Sébastien Provost. Un semi-rigide est mis à l'eau. La mer est calme, la baie silencieuse.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Birding Mont-Saint-Michel (@birding_montsaintmichel)

"Ce qui est amusant, c'est que je me suis tourné vers le pilote en lui demandant s'il avait déjà vu un poisson lune. Et dans les cinq secondes, on en apercevait un !" Ce genre de rencontre est assez rare. Sébastien Provost qui officie comme guide ornithologue n'en avait croisé qu'à deux reprises dans la baie, "il y a dix ans presque au même endroit à Carolles et il y a deux ans à Cancale".

"C'est un poisson nonchalant. C'est vraiment un animal assez unique", s'extasie le naturaliste. Le poisson lune semble sortir du fond des âges. Il se nourrirait principalement de méduses. On le rencontre plutôt dans les eaux chaudes, mais il lui arrive de nager jusque dans la Manche. "Je discute avec des copains marins. On en voit quand même très rarement".

 

Vendredi dernier, la nageoire du poisson lune et ses grosses écailles argentées attirent le regard des naturalistes. La rencontre semble furtive : "Petit à petit, il s'éloigne et il s'enfonce dans l'eau". Mais quelques secondes plus tard, le bête remonte à la surface. "On l'a vu revenir, plonger de nouveau. En fait il ne nous calculait pas trop".

Pendant quelques secondes, le bateau semi-rigide parvient à s'approcher. "Ce qui est fascinant, c'est que c'est un animal qui ne cesse de grandir. Là on avait un spécimen de 50 à 60 cm. Il se dandinait avec sa dorsale qui fait penser à une nageoire de tortue. Certains peuvent atteindre deux mètres et peser une tonne ! C'est émouvant de se dire que ce poisson deviendra peut-être un géant dans quelques années".

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
mont saint michel culture patrimoine nature environnement confinement : envie d'évasion réchauffement climatique mer