D'importants moyens de recherche déployés en vain pour retrouver un pêcheur disparu au large de Chausey

Un marin-pêcheur est tombé à l'eau ce jeudi 29 avril au large de l'archipel de Chausey. De nombreux bateaux ainsi que l'hélicoptère de la sécurité civile ont été mobilisés pour le retrouver. L'opération a été interrompue dans la soirée, après 13 heures de recherche.

(photo d'illustration)
(photo d'illustration) © Lionel Vadam / Maxppp

L'alerte a été donnée à 8 h 15 ce jeudi 29 avril. Le navire de pêche Mascaret III circule à l'ouest de l'archipel de Chaausey quand il contacte en urgence le CROSS Jobourg. L'un de ses marins vient de tomber à l'eau. Immédiatement, le centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage diffuse un message MAYDAY RELAY et mobilise d'importants moyens de recherche et de sauvetage : l’hélicoptère Dragon 50 de la sécurité civile basé à Granville et les canot tous temps "Notre-Dame-du-Cap-Lihou" de la SNSM de Granville et "Pourquoi Pas ? II" de la SNSM de Saint-Malo sont envoyés sur zone.

Parallèlement, la vedette côtière de surveillance maritime (VCSM) Trieux de la gendarmerie maritime ainsi que plusieurs navires de pêche au départ de Saint-Malo répondent au message de détresse envoyé par le CROSS Jobourg. Ce dernier prend également contact avec la garde-côte de Jersey qui engage le canot tous-temps George Sullivan, le semi-rigide David Page de la Royal National Lifeboat Institution (RNLI) et le Sir Max Aitken III de la Jersey Lifeboat Association. 

Les forts coefficients de marée à l'origine de puissants courants de dérive rendent les recherches compliquées. A 10h30, l’hélicoptère Caïman Marine de la Marine nationale décolle pour relever l’hélicoptère Dragon 50. En fin d'après-midi, c'est le patrouilleur côtier de gendarmerie maritime (PCG) Aramis qui vient en renfort participer aux recherches, suivi une heure après, par la vedette de 2ème classe Commandant Jacques Le Boulanger de la station SNSM de Dinard.  

Ce dispositif conséquent n'a malheureusement pas permis de retrouver l'homme tombé en mer. A 21 h 30, après plus de 13 heures de recherche, le préfet maritime de la Manche a décidé d'arrêter les recherches "en raison de la tombée de la nuit et faute de nouveaux éléments depuis le matin".  La préfecture maritime rappelle que l'espérance de vie dans une eau à dix degrés est de six heures trente.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers mer