Les déchets radioactifs de Fessenheim seront-ils entreposés en Normandie ?

Archive, La Hague 2005 / L'usine Orano (ex AREVA) de La Hague assure le traitement des combustibles nucléaires usés en provenance de réacteurs / © LANDOV/MAXPPP
Archive, La Hague 2005 / L'usine Orano (ex AREVA) de La Hague assure le traitement des combustibles nucléaires usés en provenance de réacteurs / © LANDOV/MAXPPP

Alors que le réacteur numéro 1 de la centrale nucléaire de Fessenheim est définitivement à l'arrêt, se posent les questions du démantelement de la structure et du stockage des déchets radioactifs : parmi les solutions possibles évoquées, l'usine de retraitement de la Hague.

Par L.A.

Le réacteur n°1 de la centrale nucléaire de Fessenheim, dans le Haut-Rhin, a été définitivement arrêté dans la nuit de vendredi à samedi. À terme, c'est toute la centrale qui devrait s'arrêter, avant d'être démantelée. Une première étape consistera à retirer le combustible et à vidanger tous les circuits en contact avec les matières radioactives. Ensuite viendra le temps du démontage des bâtiments et de l'évacuation des déchets.
Une vingtaine d'années seront nécessaires pour assainir totalement le terrain.

La Hague, une option pour stocker les déchets radioactifs de la centrale nucléaire de Fessenheim ?

C'est l'une des pistes évoquées dans un reportage de France 2 diffusé vendredi soir : entreposer les déchets radioactifs de Fessenheim à la Hague. Et c'est aussi la piste qui semble la plus probable. Les déchets les moins radioactifs pourraient être dirigés définitivement dans un site sécurisé situé dans l'Aube. Pour les déchets les plus dangereux, le projet d'enfouissement en profondeur à Bure n'a pas obtenu encore toutes les autorisations. La seule option restante n'est pas optimale. Elle consisterait à entreposer les déchets radioactifs les plus dangereux à la Hague, au centre de traitement du combustible nucléaire usé.

"L'usine de la Hague fait partie intégrante de ce problème" estime Yves Marignac, expert du nucléaire-Wise Paris, " d'une part parce que ses capacités d'entreposage notamment de combustible, arrivent à saturation et d'autre part parce que l'usine elle-même vieillit".





 

Sur le même sujet

Les + Lus