Emploi : les ostréiculteurs de la Manche cherchent des bras pour la mi-octobre et préparer les fêtes de Noël

C'est sûr, il faut aimer le grand air mais c'est vivifiant ! Les ostréiculteurs de la Manche rappellent qu'ils ont besoin de beaucoup de bras pendant les vacances de la Toussaint. Ils espèrent recruter 200 personnes pour retourner les huîtres à marée basse.
Les équipements sont fournis par les entreprises
Les équipements sont fournis par les entreprises © Marc Ollivier/ Maxppp
"Pendant ces jours de grandes marées, la mer se retire très loin et découvre bien les parcs à marée basse. Ils sont accessibles pendant plusieurs heures", explique Astrid Leclerc du regroupement des ostréiculteurs de la Manche.
Les employeurs lancent un appel aux volontaires, aux étudiants ou retraités qui recherchent un petit job ou un complément de revenu. Pas besoin de qualification, on apprend sur le tas.

 

C'est  4H30 de travail par jour avec des poches à taper et retourner pour que les huîtres se nourrissent bien jusqu'à Noël. Il faut aussi charger et décharger, calibrer. C'est un travail au grand air et avec la météo incertaine, on n'a pas toujours beaucoup de candidats

Astrid Leclerc, groupement des ostréiculteurs 50

Pendant les vacances de la Toussaint : pratique pour les étudiants


Les prochaines grandes marées sont prévues entre le15 et le 20 octobre et seront parmi les plus fortes de l’année pouvant atteindre un coefficient de 115.

En renfort, ils espèrent trouver deux cents personnes pendant plusieurs jours. Il faut aimer le travail en extérieur et être en bonnes conditions physiques. "Les gants, les bottes, les cirés et tout le matériel nécessaire sont prêtés par les entreprises", précise Astrid Leclerc.


Ces missions sont proposées sur  le bassin de Gouville-Blainville et Agon-Coutainville auprès d'une quarantaine d’employeurs.
Il y aura ensuite du travail dès début décembre, pour préparer Noël.

Renseignements auprès d'Astrid Leclerc au 02 14 49 11 00
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
ostréiculture agriculture économie emploi