Route du Rhum 2022 : William Mathelin-Moreaux reprend la mer

durée de la vidéo : 00h08mn07s
William Mathelin-Moreaux skipper de "Dékuple", participant à la Route du Rhum 2022 ©France 3 Normandie

Il a appris à naviguer au large de Granville. Le skipper William Mathelin-Moreau, 28 ans, hisse sa grand-voile pour sa deuxième route du Rhum. Départ le 6 novembre des quais de Saint-Malo à bord de son Class40 "Dékuple".

À 24 ans, il était le plus jeune des skippers en 2018 pour sa 1ère Route du Rhum à atteindre Pointe-à Pitre en Guadeloupe. Bel exploit pour cette première course au large en solitaire pour ce tout nouveau professionnel de la voile, qui se classe même 16ème sur 53 bateaux dans sa catégorie. Et c'est avec une envie de gagner supplémentaire et fort de 4 années d'expériences en mer qu'il va se retrouver le 6 novembre prochain à la barre d'un bateau tout neuf. C'est une jolie rencontre qu'Anne Boétie nous a fait partager le 10 octobre sur le plateau de "Vous êtes formidables".

Chausey est un archipel paradisiaque pour apprendre à naviguer

William Mathelin-Moreaux

C'est à Chausey où sa famille a une maison que William découvre la voile lorsqu'il est tout petit, "un endroit génial pour apprendre à naviguer". Il s'initie d'abord sur un optimiste dès l'âge de 3-4 ans puis sur des bateaux un peu plus gros qui lui permettent de partir seul dans les îles et d'aller de plus en plus loin. S'ensuivent des croisières en famille et surtout à l'adolescence la découverte du monde de la course au large avec un de ses cousins qui s'engage dans une mini-transat. Comme il le déclare "une mini graine s'est plantée inconsciemment dans mon cerveau". Il participe alors de plus en plus à des régates en équipage.

Son autre passion, l'architecture

Parallèlement à des études d'architecture qui l'enthousiasment, notamment les domaines de l'art et du dessin, il s'évade tous les week-end vers la Normandie ou la Bretagne pour naviguer. Et alors qu'il est en dernière année d'école d'architecture, il décide de devenir navigateur professionnel et de tenter l'aventure de la Route du Rhum. Rien que ça ! Course mythique dans la course au large, vieille de 40 ans, où il va se frotter à la crème des navigateurs expérimentés. "Je n'avais jusque là fait que des régates en équipage ou des convoyages en solitaire, j'étais à 1000 kms de naviguer sur des prototypes de bateaux de course ! "  Un an de bataille contre "Vents et marées" pour monter le projet, et enfin un mois après son diplôme d'architecte, il trouve son partenaire financier. 

Sa 1ère route du Rhum

À 24 ans, en 2018, il se jette dans le grand bain. Et le départ n'est pas de tout repos, car les conditions météo sont assez désastreuses. William se souvient du briefing avant le départ avec tous les skippers dans un silence complet qui ne présageait rien de bon... Et effectivement, "les conditions sont pourries" se rappelle t-il. Il fait froid et William se retrouve confronté à plusieurs dépressions venues du Nord. Malgré de gros doutes, le skipper et sa monture tiennent le choc, avec l'envie chevillée au corps de ne pas décevoir l'entourage et les partenaires. Il faut aussi gérer le sommeil quotidien de 4 heures morcelées en tranches de 22 minutes. Au bout de 21 jours, et délesté de 7 kilos, il aperçoit enfin les côtes ...

Je me sentais comme Christophe Colomb !

William Mathelin-Moreaux

Au départ ils sont 137 à s'élancer, il arrivera 16ème sur 53 dans sa catégorie. C'est un très beau résultat pour une première. Car, arriver, pour lui, était déjà en soi une victoire !

William participe ensuite à 2 transats Jacques Vabre. Il est contraint à l'abandon au bout de 2 jours après s'être déboîté l'épaule lors de la première transat, et obtient un score moyen lors de la 2ème. Mais, c'est fort de ces 4 années d'expérience dont la Rolex Fastnet Race en binôme avec Marc Guillemot qu'il retente l'aventure Route du Rhum.

Route du Rhum Edition 2022

Le but, c'est toujours de gagner !

William Mathelin-Moreaux

Cette fois-ci, c'est avec un bateau tout neuf "Dékuple" qu'il se jette à l'eau dans la catégorie des Class40. Imaginé et conçu conjointement pendant un an à Vannes avec les architectes VPLP, William s'est passionné et impliqué dans ce projet technologique et innovant. Renouant avec ses amours pour l'architecture, à travers des logiciels de construction, il a pu participer aux phases de développement pour en faire le bateau le plus fiable et performant possible. Mais il n'oublie pas cependant "que c'est un sport mécanique, où tout peut arriver, et où nous sommes tous des compétiteurs" !

William et Perce-Neige dans le même bateau

En réalité, William ne naviguera pas tout à fait seul sur les flots, puisqu'il a voulu impliquer tout au long de sa préparation la fondation "Perce-Neige" . Cet organisme, créé il y a plus de 50 ans par l'acteur Lino Ventura lutte pour l'intégration des personnes en situation de handicap mental. Des résidents de la fondation sont venus découvrir le chantier et même participer à des ateliers. Ils ont pu découper des bandes de fibre de verre qui ont pris place sur la quille du navire. Ils ont également assisté à la mise à l'eau du bateau et ils accompagneront William quotidiennement sur l'eau, puisqu'il aura droit à une surprise par jour préparée par les résidents.

"Nous avons créé des liens forts dont je me souviendrai et je suis certain que cela m’aidera quand je naviguerai pour les 1200 résidents de la Fondation, leurs familles et les équipes". 

Le compte à rebours est donc lancé jusqu'au 6 novembre, 13H02 où les 138 loups solitaires vont couper la ligne de départ vers la Guadeloupe. Ils seront 13 Normands dont 8 en Class40 : le Granvillais Marc Lepesqueux, le Rouennais Xavier Macaire, le Havrais Cédric Chateau, le Honfleurais Pierre-Louis Attwell. Et puis deux petits jeunes, le Caennais Pierre Cazenave-Péré 23 ans et Martin Louchart, autre Granvillais de tout juste 20 ans... Et enfin Ivica Kostelic, Croate qui a posé ses valises à Cherbourg et notre William.

Il nous reste à souhaiter bon vent à ce dernier qui avoue rêver déjà du Graal avec une participation au Vendée Globe 2028 ! C'est la mer qui prend l'homme ! Ta ta ta !