Consommer local : la vie rêvée de Claire dans son épicerie ambulante

L’objet de ses rêves s’appelle la Hagaise, elle l’a conçu de A à Z, car elle a décidé de vivre ses rêves plutôt que rêver sa vie. Claire Hamel sillonne les petites routes du Cotentin, multiplie les rencontres et rend bien des services à bord de son épicerie ambulante.

Quand Claire Hamel décide de changer de vie il y a quelques mois, elle a 33 ans. Le monde du commerce, elle le connaît bien : BEP vente et grande distribution, vente sur les marchés de fruits et légumes, vente chez un grossiste, sa carrière professionnelle est bien tracée… Mais un jour, il y a une rencontre : un client la convainc de vivre ses rêves plutôt que de rêver sa vie.

Amoureuse de son pays cotentinais, la Hague, et nostalgique de son enfance où les commerçants ambulants créaient un véritable lien social en colportant des nouvelles de villages en village, elle décide de se lancer elle aussi dans l’aventure du camion épicerie.

Un soutien inconditionnel de la famille

Michel, son père, son mari boulanger et son petit garçon l’encouragent dans cette entreprise. La conception de l’aménagement du camion ? L’organisation des denrées ? La décoration ? Claire a tout en tête. Le nom du camion ? « La Hagaise », parce que c’est le nom de son pays – Claire est originaire de Biville, vit depuis toujours dans La Hague, au Nord Ouest de la Manche – et parce que c’est le nom de son arrière-grand-mère.  

Mon mari, mon papa, tout le monde m’a aidée, et voilà. Les plans étaient dans ma tête, on n’était pas tous d’accord, mais c’est moi la cheffe. Il me ressemble au maximum.

Claire Hamel

 

La tournée d’une épicerie ambulante, comment ça marche ?

Aux commandes de son camion épicerie, 6 jours sur 7, les tournées de Claire sont très denses. Une fois son petit garçon déposé à l’école, Claire récupère le pain et s’installe au volant à 9h00 pour une virée qui va durer jusqu’à… « tard » nous a-t-elle dit, dans un sourire plein de sous-entendus.

Avec le temps, les habitudes se sont installées. Biville, Jobourg , Beaumont, Gréville… Claire a choisi de faire étape dans les villages éloignés des commerces sédentaires, elle y a démarché les clients maison par maison. Les maires aussi ont été sollicités et ont joué le jeu de la solidarité.

Comme dans l’ancien temps, un coup de klaxon annonce l’arrivée du camion. Dans les hameaux, tout le monde est attentif, des plus âgés qui retrouvent des habitudes perdues mais aussi, et c’est plus surprenant, des jeunes qui veulent consommer différemment et partager cette nostalgie des temps anciens. Ainsi, les liens inter-générationnels se reforment autour de La Hagaise.

Les liens avec sa clientèle, Claire Hamel les cultive aussi grâce à sa page Facebook où elle avertit de ses nouveautés, ses passages et ses surprises ! Car Claire adore chouchouter ses clients.

Concilier épicerie ambulante, qualité et circuits courts

Le concept de proximité va jusqu’au bout avec ce camion épicerie. Une boulangerie de Siouville fournit des gâteries sans conservateur, le mari de Claire fournit le pain, Noémie, de Jobourg, fait le fromage de chèvre, le cidre vient de Sainte Croix Hague, les légumes de Surtainville et la crèmerie vient de la toute petite ferme du Vacheux, tout à côté de chez Claire. Là aussi, en favorisant le circuit court de ces produits locaux, le camion crée un trait d’union entre les producteurs locaux et habitants de La Hague. Voilà de quoi ravir les locavores et convertir ceux qui ne l’étaient pas encore !

Retrouvez Claire Hamel, invitée de Anne Boetie dans notre émission matinale Vous êtes formidables du 12 octobre 2021

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
solidarité société entreprises économie portrait environnement écologie à l'antenne vos rendez-vous