Le député Bertrand Sorre menacé de mort, il va déposer plainte

Publié le Mis à jour le
Écrit par Loeiza Larvor
Le sous-préfet a apporté le soutien de l'Etat au député Bertrand Sorre, victime de menace de mort.
Le sous-préfet a apporté le soutien de l'Etat au député Bertrand Sorre, victime de menace de mort. © Jean-Michel Guillaud / France Télévisions

Comme le député du Calvados Christophe Blanchet avant lui, Bertrand Sorre député LREM de la Manche a reçu des menaces de mort par mail venant d'un anonyme. L'élu a décidé de déposer plainte lundi 6 décembre.

"Stupéfait" et "choqué". Ce sont les mots du député LREM de la 2e circonscription de la Manche Bertrand Sorre lorsqu'il a découvert jeudi 2 décembre dans sa boîte mail de l'Assemblée nationale un message le menaçant de mort. "Le message suggérait de me suicider avant que l'on vienne me trucider, me couper la tête", raconte-t-il. 

L'élu a décidé de réagir et de déposer plainte contre X pour menace de mort, lundi 6 décembre au commissariat de Granville. "Si on accepte ce type de propos ça veut dire que demain on accepte les violences physiques", estime Bertrand Sorre. 

Un autre député LREM visé

Quelques jours plus tôt le député LREM du Calvados Christophe Blanchet a également été victime de plusieurs menaces de morts. Là encore, les auteurs sont anonymes. "À celui qui me harcèle en me menaçant de mort et encore ce matin, je veux dire que ni il ne m’impressionne, ni il ne me fait peur, ni il m’empêche de dormir et ni il ne m’empêchera de voter ce que je crois utile et nécessaire pour l’intérêt général", avait-il réagit.

Les menaces de mort à l'encontre des édiles sont de moins en moins rares. Selon David Nicolas, maire sans étiquette d'Avranches présent à la cérémonie en mémoire des victimes de l'Algérie, du Maroc et de la Tunisie, il y aurait un déni de l'autorité. "On a le sentiment qu'on est arrivé à un point où tout ce qui incarne une responsabilité est rejeté par certains citoyens qui se sentent pousser des ailes et se sentent au-dessus de tout", commence-t-il.

Lui même a déjà subit plusieurs fois des agressions verbales dans la rue, notamment depuis le début de la crise sanitaire.

La crise sanitaire a exacerbé les tensions. On sent des populations sous pressions, on vit dans un climat anxiogène.

David Nicolas, maire d'Avranches

L'anonymat sur les réseaux sociaux

Mais le vrai danger selon le maire, c'est l'anonymat sur internet. "Sur les réseaux sociaux on a un phénomène de harcèlement qui peut être difficile à vivre. Et c'est souvent anonyme. L'impunité numérique est avérée. C'est assez compliqué de retrouver les personnes qui sont derrière ces actes", regrette David Nicolas

Bertrand Sorre a reçu un soutien unanime des élus et officiels du sud-Manche. "On ne touche pas aux représentants de l'Assemblée nationale. Ils ont la légitimité du suffrage universel", a notamment affirmé Gilles Traimond le sous-préfet. Et d'ajouter : "L'Etat sera toujours aux côtés des membres de la représentation nationale quelque soit leur parti".

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.