• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • Société
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE

Navigatrice cherche sponsors pour prendre le large sereinement

Claire Pruvot abandonne la Route du Rhum.
Claire Pruvot abandonne la Route du Rhum.

Claire Pruvot s’apprête à s’élancer sur sa première Route du Rhum. Mais à quelques jours du grand départ, le Calvadosienne n’a pas encore totalement bouclé son budget.
 

Par F.T.

« Navigatrice cherche sponsor urgemment pour prendre le large sereinement » ! Ce pourrait être le titre d’une étonnante petite annonce. C’est en tout cas la bouteille à la mer lancée, depuis les pontons de Saint-Malo, par la navigatrice normande Claire Pruvot.

A 41 ans, la Calvadosienne est l’une des six femmes engagées sur la 11e édition de Route du Rhum. Dimanche après-midi,  Claire s’élancera pour la première fois sur la mythique course transatlantique. "Je suis hyper à la bourre. Il me reste encore tellement de choses à faire, rigole-t-elle en s’activant sur son bateau de 12 mètres de long engagé dans la catégorie Class 40. Il n’est pas tout jeune mais il tient la mer. Je l’ai acheté avec trois autres personnes alors je n’ai pas intérêt à l’abîmer pendant la traversée. De toute façon, je n’avais pas d’autres solutions pour prendre le départ."

Claire Pruvot navigue au plus haut niveau depuis une quinzaine d’années. Mais à côté des grandes stars de la voile et de leurs bateaux rutilants, son projet paraît bien modeste. Son budget estimé à 120 000 euros est l’un des plus petits parmi les 124 concurrents de cette Route du Rhum. "On a tiré sur tout pour faire des économies, explique-t-elle. Même sur le matériel !" Certaines voiles, par exemple, n’ont pas été remplacées et vont très probablement souffrir pendant la traversée.

 
Il manque 15 000 euros

Dans le monde de la voile où les navigateurs enfilent désormais autant le cirée que le costume de commercial, Claire Pruvot détonne. "Je ne sais pas me vendre. Je ne sais pas trop demander de l’argent mais je progresse, plaisante la jeune femme au large sourire. Il me manque encore 15 000 euros pour boucler mon budget même si je suis bien aidée par 26 partenaires normands sur qui je peux compter."

Faute d’argent pour nourrir de grandes ambitions sur les courses, la Normande joue la carte de la débrouille pour continuer sa passion. Elle fait souvent appel aux copains pour lui donner un petit coup de main. "C’est vraiment dommage que Claire ne trouve pas un gros sponsors pour l’aider sur plusieurs années, explique son ami, le skipper cherbourgeois Louis Duc, l’un des favoris dans la catégorie Class 40. C’est une super navigatrice, elle n’est pas là pour son sourire mais parce qu’elle le mérite."

Le compte à rebours a commencé. A moins d’une semaine du grand départ, une petite éclaircie a illuminé hier la journée de la Calvadosienne. "Un architecte Normand a été séduit par mon projet et va m’aider en me donnant  5000 euros mais il en manque encore, sourit Claire Pruvot. Toutes celles et ceux qui veulent m’aider seront les bienvenus !" L’opération séduction est lancée !

Renseignements et contact : clairepruvot.com
 

Sur le même sujet

Le maire de Bourg-Achard décrit les dégâts

Les + Lus