• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • Société
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE

Assises de l'Orne: Cinq ans de prison avec sursis pour la mère qui avait tenté de tuer ses enfants

Une nouvelle session s'ouvre aux assises de l'Orne ce mardi 11 septembre à Alençon. Six affaires doivent être jugées jusqu'au 28 septembre. / © NC
Une nouvelle session s'ouvre aux assises de l'Orne ce mardi 11 septembre à Alençon. Six affaires doivent être jugées jusqu'au 28 septembre. / © NC

La cour d'assises de l'Orne s'est montrée plus clémente que l'avocat général ce mardi 25 septembre. La mère de famille qui avait administré des somnifères puis tenter d'étouffer l'un de ses enfants n'ira pas en prison.

Par CM

"J'étais au fond du gouffre, c'est moi que je voulais tuer", avait déclaré l'accusée à l'ouverture de son procès, ce lundi 24 septembre. Cette femme de 51 ans comparaissait pour tentative d'assassinat sur deux de ses enfants. Les faits s'étaient déroulés quatre ans plus tôt dans la commune percheronne de Colonart-Corubert. Un soir, lors des vacances de la Toussaint, elle avait servi à sa fille de 6 ans et son fils de 11 ans des jus de fruit dans lesquels elle avait versé préalablement des somnifères. Elle avait ensuite tenté d'étouffer l'aîné avec un oreiller avant que celui-ci ne se réveille, stoppant ainsi net le geste meurtrier.

L'avocat général a estimé que l'intention d'homicide était "évidente" qu'il y avait préméditation. Il a requis à son encontre une peine de six ans de prison ferme (elle encourait la réclusion criminelle à perpétuité). Lors de son procès la mère de famille a raconté qu'elle comptait mettre fin à ses jours après avoir tué ses enfants. Les faits se seraient déroulé après qu'un de ses fils, plus âgé et né d'une autre union, ait commis une agression sexuelle sur le garçon de 11 ans.

L'avocate de la défense a mis en doute la détermination de sa cliente dans son projet meurtrier en insistant sur le fait que la mère avait regardé ses enfants dormir durant deux ans avant de tenter de les étouffer. Elle a également indiqué que dans la plupart des affaires de ce type, les enfants meurent. 

La mère de famille a finalement été condamnée à une peine de cinq ans de prison avec sursis assortis d'un suivi sociojudiciaire de huit ans.

Sur le même sujet

L'ancienne RH se reconvertit en prof de pâtisserie

Les + Lus