Des policiers supplémentaires pour lutter contre le trafic de stupéfiants à Alençon

Un groupe de cinq policiers supplémentaires va être créé à Alençon. Une décision prise par la préfecture de l'Orne dans le cadre de la lutte contre les stupéfiants.

Les épisodes de violences urbaines continuent de secouer le quartier de Perseigne à Alençon. Le dernier en date est survenu dans la nuit du 27 au 28 septembre : "24 véhicules ont été incendiés et une centaine de tirs de mortiers ont visé les forces de l’ordre" rappelle la préfecture de l'Orne.

Alors le préfet a pris la décision de créer un deuxième groupe BAC à Alençon pour : "intensifier la lutte contre le crack et les trafics de stupéfiants". Une annonce dont se réjouit Stéphane Tristant, délégué départemental pour le syndicat de police Alliance : "c'est une très bonne nouvelle, les effectifs des collègues de la Brigade anticriminalité (BAC) vont doubler, ils seront dix".

Éradiquer le trafic de stupéfiants

Depuis dix-huit mois, le crack ne cesse de prendre de l'ampleur du côté d'Alençon. Pour la préfecture : « c'est une source de préoccupation majeure compte tenu des ravages potentiels de ce produit stupéfiant sur les toxicomanes et de la délinquance induite".

Le ministre de l’Intérieur, « sur proposition du préfet de l’Orne », a donc décidé la création d’un second groupe BAC avec l’arrivée de cinq policiers supplémentaires. Ils seront « spécialisés dans les interventions sensibles en zones urbaines » et pourront « assurer une présence sur le terrain dès la fin d’après-midi, à des horaires propices aux trafics ». 


Pour la préfecture de l'Orne, il est temps de mettre les bouchées doubles : « ces violences inadmissibles sont la conséquence directe de la lutte quotidienne et méthodique contre les trafics de stupéfiants menée par les forces de sécurité intérieure sur le territoire : pilonnage des points de deal, saisies de produits stupéfiants, recours aux amendes forfaitaires délictuelles pour les consommateurs, sont autant d’actions concrètes qui mettent à mal les trafics en agissant aussi bien sur l’offre que sur la demande ».

Multiplication des opérations coups de poing

Les policiers ont multiplié leurs « opérations organisées » qui visent notamment aux démantèlements des points de deal. Selon la préfecture de l'Orne : « depuis janvier 2021, 146 opérations de Police ont été menées sur Alençon avec des saisies importantes : 27 kg de cannabis, 809 g d’héroïne, 488 g de cocaïne et 70 g de crack ».

Parallèlement, des violences urbaines éclatent périodiquement sur le quartier de Perseigne en réaction à ces opérations coups de poing.

Mais « au regard des ravages potentiels du crack sur les toxicomanes et de la délinquance induite », le préfet s'attèle à « agir contre ce fléau et éradiquer le trafic » en « intensifiant la lutte contre le crack ».

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité