Djihadisme : la nièce des Frères Clain rapatriée en France avec ses enfants

Neuf enfants et deux femmes jihadistes de retour en France. / © Le Pictorium/Maxppp
Neuf enfants et deux femmes jihadistes de retour en France. / © Le Pictorium/Maxppp

Deux femmes djihadistes et neuf enfants ont débarqué ce mardi matin à l'aéroport de Roissy, en provenance de Turquie, où ils avaient été arrêtés. Selon nos confrères de Radio France, cinq d'entre eux feraient partie de la famille Clain, originaire d'Alençon, dans l'Orne. 

Par Boris Letondeur

Deux femmes françaises, parties faire le djihad en Syrie il y a plusieurs années, viennent d'être rapatriées en France, avec leurs enfants. L'une des deux mères de famille soupçonnées d'appartenir à l'Etat Islamique serait Jennifer Clain, la nièce des Frères Fabien et Jean-Michel Clain, pontes du développement des filières djihadistes en France, qui ont grandi à Alençon.

Les deux hommes, déclarés morts début 2019 après des frappes de la coalition, étaient les cerveaux commanditaires des attentats du 13 novembre 2015, à Paris. Pilier de la filière d'Artigat (Ariège) aux côtés de Mohammed Merah, Fabien Clain avait notamment revendiqué les attaques dans une vidéo de l'EI quelques jours plus tard.
 
Les frères Clain avaient revendiqué au nom de Daesh les attentats du 13 novembre 2015. / © .
Les frères Clain avaient revendiqué au nom de Daesh les attentats du 13 novembre 2015. / © .
 

Les enfants confiés à l'aide sociale

Activement recherchée par le pôle antiterroriste français, qui avait émis contre elle un mandat d’arrêt, Jennifer Clain a été arrêtée par les autorités turques avec deux autres femmes en juillet dans la province de Kilis, frontalière avec la Syrie. Son mari, le Français Kévin Gonot, a été condamné à mort en Irak le 26 mai pour appartenance à l'EI.

Après un séjour de plusieurs semaines en Turquie dans un centre de rétention pour djihadistes, en compagnie de ses cinq enfants, Jennifer Clain a pris l'avion la nuit dernière direction Roissy. Avec elle, la femme de Thomas Collange, un autre djihadiste notoire, accompagnée de ses quatre enfants. Sitôt débarquées à Roissy, elles ont été cueillies par la DGSI et placées en garde à vue. Ce processus peut durer 96 heures, dans le cadre d’une enquête pour association de malfaiteurs terroristes.

Quant aux neuf enfants, âgés de 3 à 13 ans, ils ont été placés à l'Aide sociale à l'enfance comme le veut le protocole établi par le gouvernement d'Edouard Philippe. Environ 130 enfants qui ont vécu dans le califat de l'Etat Islamique sont revenus en France lors des dernières années. La grande majorité d'entre eux a moins de 5 ans. 
 

A lire aussi

Sur le même sujet

LOCB: Planche(s) Contact

Les + Lus