Trafic de drogue : un plan anti-crack pour Alençon

Publié le

Près de 3 mois après les violences urbaines qui ont touché le quartier de Perseigne à Alençon, les autorités ont présenté un plan de lutte contre le crack. Depuis les incidents, une 2ᵉ brigade anti-criminalité a été créée dans la préfecture de l'Orne. La première pierre d'un plan plus ambitieux.

L'objectif est clair. Lutter contre le trafic de crack qui sévit sur Alençon depuis des années. Le plan d'action présenté ce jeudi 12 janvier 2023 à la préfecture de l'Orne se veut une réponse rapide et concrète au fléau du trafic de drogue qui gangrène la ville et provoque de manière régulière des épisodes de violences urbaines dans le quartier de Perseigne où la police mène des opérations pour démanteler des points de deal. 

Depuis le début de l'année 2021, 150 opérations de police contre les points de deal ont été conduites dans l'agglomération d'Alençon et notamment dans le quartier de Perseigne. Ces opérations ont permis des saisies importantes. 27 kilos de cannabis, 95 grammes de crack, 900 grammes d'héroïne et 500 grammes de cocaïne.

Une 2e unité de la BAC

Il y a quelques jours, une 2e unité de Brigade anti-criminalité est arrivée sur Alençon. Ces 3 nouveaux policiers permettront de renforcer le dispositif de démantèlement des points de deal. 5 autres policiers ont été affectés au sein de la circonscription de sécurité publique d'Alençon, ce qui porte au total à 68 les effectifs de police.

Outre l'arrivée de policiers supplémentaires, les contrôles vont s'intensifier. La création d'un second équipage anti-criminalité va permettre de renforcer les opérations de contrôle en fin de journée et la nuit, ce qui n'était pas le cas jusqu'à présent.

Il s'agit de harceler les points de deal, d'assécher à terme le trafic de drogue en faisant de la répression et de la prévention.

Sébastien Jallet

Préfet de l'Orne

Côté gendarmerie, une unité spécialisée dans les contrôles approfondis en matière de flux routiers et ferroviaires est en service depuis le mois de janvier 2022. Son rôle est de traquer les approvisionnements en substances illicites en provenance de départements limitrophes.  

Des actions dans la durée 

Le travail d'investigation judiciaire visant à démanteler les réseaux de trafiquants de drogue va se poursuivre. Ces enquêtes sont indispensables pour réduire l'emprise des trafics et empêcher leur reconstitution. Un travail associant les forces de sécurité, le Parquet et les bailleurs sociaux est mis en place pour identifier les lieux d'acheminement, de confection, de stockage et de ventes des stupéfiants. Les locataires des biens immeubles dont l'implication dans le trafic de stupéfiants est démontrée verront leur bail résilié. 

La ville d'Alençon s'est engagée à maintenir à un haut niveau qualitatif et quantitatif son parc de vidéoprotection doté de 60 caméras. Un programme de développement du parc sera mené en 2023 avec le soutien du fonds interministériel de prévention de la délinquance. 

Une campagne de prévention

Sur le volet préventif, l'Agence Régionale de Santé (ARS) va consacrer la somme de 258 000 euros sur 3 ans à un programme de prévention des addictions dédié aux jeunes, notamment en milieu scolaire. Une équipe de formateurs "relais anti-drogue" sera mise en place pour mener des programmes de prévention à l'attention des jeunes et des publics vulnérables. Ce plan global sera animé et suivi dans les instances prévues par le Contrat de Sécurité Intégrée d'Alençon. 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité