Journée internationale des droits des femmes : cette fromagerie est en pointe dans l'égalité professionnelle

Créée en 1912 et administrée d'abord par des hommes, "La Fromagerie Gillot" dans l'Orne a inversé la tendance pour trouver aujourd'hui un équilibre entre femmes et hommes sans nuire à la qualité d'une production traditionnelle.

Alors que la France vient d'adopter dans sa constitution le droit à l'IVG consacrant une avancée majeure dans les droits des femmes, les inégalités en matière de genre persiste dans la société et notamment dans les entreprises. Mais certaines d'entre elles tentent d'inverser la tendance.

Dans le secteur de la fromagerie, l'entreprise Gillot implantée à Saint-Hilaire-de-Briouze,  dans le bocage ornais, est soucieuse de l'égalité entre les femmes et les hommes. Même si la mixité à tendance à se développer un peu partout, Gillot se distingue par une plus grande féminisation de ses effectifs.

Quand je suis arrivée il y a dix ans, c'était très masculin. Je vois vraiment une évolution ces dernières années, que ce soit dans l'entreprise ou dans le milieu fromager. C'est sociétal aussi. Le fait qu'il y ait plus de femmes encourage d'autres femmes. Cela facilite les choses et cela devient naturel surtout.

Emilie Fléchard, PDG de "La Fromagerie Gillot"

Ce processus suit une tendance de fond. En effet, l'égalité des sexes est inscrite parmi les 17 grands objectifs de développement durable qui figurent dans l'agenda 2030 des nations Unies.

Les États se sont engagés à "garantir la participation entière et effective des femmes et leur accès en toute égalité aux fonctions de direction à tous les niveaux de décision, dans la vie politique, économique et publique". En outre, les médias, la publicité, l'éducation, le discours politique ont un rôle à jouer dans la représentation et la visibilité des femmes en situation de travail.

C'est aussi et surtout, un objectif constitutionnel; l'article premier de la Constitution l'affirme clairement : "la loi favorise l'égal accès des femmes et des hommes aux mandats électoraux et fonctions électives ainsi qu'aux responsabilités professionnelles et sociales."

Une évolution du monde du travail

En Normandie, la Chambre de commerce et d'industrie rappelle qu'un échéancier a même été défini pour favoriser l'égalité professionnelle. Dès 2022, les entreprises doivent publier un index sur l'égalité en interne entre les femmes et les hommes en matière de responsabilité. Dans 5 ans, la moyenne des femmes en responsabilité devra être portée à 40% dans les entreprises avec des sanctions financières à la clé à partir de 2031.  

Certes, l'Europe a fait des progrès incontestables au cours des dernières décennies, et plus particulièrement ces dix dernières années. Mais il reste encore du chemin à parcourir pour être en adéquation avec ces ambitions.

Cette évolution, Gillot l'a vécue. Les femmes ont dû faire leur place. Grâce à leurs compétences elles se sont affirmées dans des milieux d'hommes, comme le raconte la responsable d'exploitation de l'entreprise.  

Cela fait 16 ans que je suis là et ça a bien progressé. Il y a de plus en plus de femmes en haut de la pyramide mais aussi dans tous les autres services. C'est intéressant et moi, ça me permet de me construire là-dessus. Avec mes collègues hommes, ça se passe très bien, c'est franc, c'est direct et on avance ensemble.

Mélanie Guyader, responsable d'exploitation à "La Fromagerie Gillot"

Adjointe au service affinage, Nathalie est présente dans l'entreprise depuis 22 ans. "Ils ont recruté beaucoup de femmes dans les nouvelles générations, c'est un plus, c'est vrai", remarque-t-elle. "La qualité est là !"

Avoir une femme dirigeante est un atout. C'est une bonne évolution. Elles sont aussi compétentes que les hommes !

Nathalie, responsable adjointe de l'affinage

La France en bonne place dans la promotion des femmes

Dans la sphère du travail, les femmes gagnent toujours en moyenne 20% de moins que les hommes. Les agissements sexistes et harcèlements sexuels sont un phénomène toujours prégnant: 30 à 50 % d'entre elles déclarent les subir aujourd'hui encore. Elles restent très éloignées des directions d'entreprise. 4% d'entre elles sont PDG et président des conseils d'administration.

La participation des femmes aux fonctions de direction dans les entreprises n'a pas encore atteint un niveau qui permette de parler d'égalité: si les femmes représentent près de 60 % des nouveaux diplômés universitaires dans l'UE, elles sont largement sous-représentées dans la prise de décision économique, en particulier au plus haut niveau.

Chambre de commerce et d'industrie

C'est une des raisons pour lesquelles la Commission a remis à l'ordre du jour une directive visant à instaurer un quota de 40% de femmes dans les conseils d'administration présentée par le Parlement européen et qui a été adoptée le 23 novembre 2022.

L'égalité femmes - hommes : une priorité pour les salariés

Pour répondre à cet enjeu de société, 6 actions peuvent être mises en place en entreprise.

  • Favoriser l'égalité salariale
  • Favoriser la progression hiérarchique des femmes
  • Signaler les violences sexistes
  • Diffuser des pratiques responsables
  • Favoriser une culture de l'égalité femmes / hommes.

Les directions générales d'entreprise peuvent aussi s'impliquer davantage dans la stratégie d'égalité femmes / hommes en y allouant les ressources nécessaires.

Chez Gillot, selon ses salarié.e.s, les choses se font naturellement, au gré des compétences et sans vraiment tenir compte du genre. Les différences entre hommes et femmes sont gommées compte tenu du niveau d'études qui s'est équilibré sans qu'il soit désormais besoin de faire ses preuves.

Arrivé il y a 10 ans, Quentin Chaplain, responsable de l'atelier robot témoigne de l'équilibre de l'entreprise, qui tient aussi aux relations sociales.

Avoir une femme dirigeante est une bonne chose. Cela crée un petit côté maternel qui donne une meilleure cohésion. Ici, il y a toujours une écoute et on espère que cela ne changera pas. La présidente est très proche de ses ouvriers. Nous demander comment ça va, c'est très agréable, on se sent intégrés dans l'entreprise.

Quentin Chaplain, responsable de l'atelier robots

De fait, la politique salariale se fait en cohérence, en tenant compte aussi des contraintes de maternité des femmes qui ne posent pas de problème aux hommes. 

Même s'il y a des congés un peu supérieurs pour les femmes en cas de maternité, elles font le même travail que les hommes. Même concernant le port de charge, on a les même postes. Il n'y a pas de discrimination à avoir. Ce ne serait donc pas équitable si elles avaient un salaire différent.

Quentin Chaplain, responsable de l'atelier robots

L'entreprise tient aussi compte des maternités dans l'évolution de carrière, ajoute Émilie Fléchard. "Tous les ans, on fait un point sur la grille salariale et on réajuste selon les compétences et la fonction pour qu'il y ait une équité entre les hommes et les femmes. On veille à ce qu'il n'y ait pas d'injustice salariale."

Dialogue social, partenariats avec des associations pour "co-construire la stratégie d'égalité" et démarche de mobilisation en interne font aussi partie des cartes pouvant jouer un rôle dans le progrès de l'égalité en entreprise. Et même dans une fromagerie, une gestion équilibrée des ressources humaines peut faire partie de la recette du succès.