Pourquoi les trains normands connaissent-ils autant de perturbations ?

Publié le Mis à jour le

Encore ce matin, le trafic SNCF a été perturbé entre Rouen et Le Havre. Trains annulés, retard… Ces incidents sont généralement dus à des travaux sur la ligne ferroviaire. Des perturbations qui ne sont pas prêtes de s’arrêter et qui vont toucher l’ensemble de la Normandie dès cet été.

Travaux sur la ligne Paris-Rouen-Le Havre jusqu’à fin avril :

Dès 6h, plusieurs trains entre Rouen et Le Havre ont été annulés ce matin. Le car qui relie ces deux villes n’est pas non plus passé. « On ne sait pas pourquoi mais 60 usagers ont dû rester sur le carreau ce matin » relate l’Association de Défense des Usagers du Rail Normand (Adurn).

Les navetteurs de la ligne n’en peuvent plus. Des perturbations similaires avaient déjà eu lieu il y a moins d’une semaine, le 13 avril dernier.  

Sur son fil twitter, la SNCF explique que ces incidents sont dus aux travaux entre Maromme et Motteville. Jean-Marie Mutel, responsable équipement de la CGT de cheminots du Havre nous précise qu' « il s’agit de travaux de régénération de voies, c’est assez lourd. C’est pour cela qu’ils ont lieu la nuit » explique 

Pour favoriser les travaux, le premier train de la journée entre Le Havre et Rouen et le dernier du jour dans le sens inverse sont temporairement remplaçés par des cars. Le chantier bénéficie alors d'une plage horaire plus longue pour être réalisé dans les temps. Sauf qu’à six reprises dernièrement, les travaux se sont terminés plus tard que prévus et ont impacté les premiers trains de la journée.

Jean-Marie Mutel déplore cette politique actuelle. « Il s’agit de choix politiques et financiers. Plutôt que de rénover les voies, la SNCF préfère les entretenir à minima puis toutes les remplacer ».

Seule bonne nouvelle pour les usagers, les travaux devraient se terminer fin avril.  

Travaux en Île de France qui perturberont la région tout l’été :

Le répit sera de courte durée pour les navetteurs. Tous les tronçons normands en direction de Paris seront fortement perturbés tout l’été.

En cause, les travaux du projet Eole, qui consiste à prolonger le RER E vers l’ouest et à moderniser le réseau SNCF sur les voies depuis Mantes-la-Jolie. 

Les trains seront déviés par Conflans-Sainte-Honorine entre le 11 juillet et le 15 août prochain. Les temps de trajet se retrouveront allongés de 30 à 45 minutes en moyenne, mais allant parfois jusqu’à une heure supplémentaire.  

Autre désagrément pour les usagers : il ne sera pas possible de réserver certains trajets en avance.

Tous les horaires des trains n’ont pas encore été bien définis donc certains tickets ne seront à la vente que de manière tardive. Etant donné que les travaux ne suivent pas de date calendaires, nous relevons qu'aucune suspension temporaire de l’abonnement n’est possible.

Karine Courteaud, présidente de l’Association de Défense des Usagers du Rail Normand (Adurn)

5 000 à 6 000 personnes impactées

Les chantiers estivaux sont classiques pour limiter les nuisances auprès des usagers. Pari loupé selon l’Adurn. « Etant donné que les travaux durent 5 semaines, les navetteurs seront forcément impactés car personne ne prend autant de semaines de congés ! » s'insurge la présidente de l'assocation.

Et c’est sans compter les vacanciers qui empruntent la ligne pour se rendre en Normandie. Au total, 5 000 à 6 000 personnes seront concernées par ces travaux.

Au contraire, Karine Courteaud a même peur que la période estivale entraine des difficultés supplémentaires : « Nous savons tous que l’été est synonyme de rails qui se dilatent avec la chaleur par exemple. Etant donné que les trains franciliens circuleront aussi sur cette déviation, il suffit qu’il y ait un grain de sable pour que tout le réseau soit bloqué plusieurs heures ».  

 Manque de communication officielle

L’Adurn critique le manque de transparence de la part de la SNCF. « L’information sur la date exacte de début des travaux est tombée comme un cheveu sur la soupe et depuis nous n’avons pas plus de précisions sur les changements pratiques » détaille Karine Courteaud.

Alors la présidente de l’Adurn emploie les méthodes traditionnelles pour obtenir des renseignements. « Pour le moment j’ai compté une dizaine de trains supprimés par jour sur toute la Normandie » détaille-t-elle. Un communiqué pour clarifier la situation sera publié dans les prochains jours.

« C’est important que les travaux soient réalisés mais c’est la façon de les faire qui est problématique » ajoute Mathieu Vilela, responsable du comité de vigilance ferroviaire du territoire normand.

On se rend compte que les travaux sont massifiés durant l’été et d’une accélération avant Paris 2024. Il faudrait trouver un bon équilibre pour les étaler dans le temps mais avec moins d’impact sur les usagers. Mais pour cela il faudrait moins d’externalisation pour que la SNCF ait plus de maitrise sur ses propres chantiers

Mathieu Vilela, responsable du comité de vigilance ferroviaire du territoire normand

En cas de perturbations : n’hésitez pas à consulter le compte twitter de la SNCF et les sites et applications de la SNCF pour obtenir des renseignements.