Comment Pete Doherty, star du rock, a arrêté la drogue en s'installant en Normandie

Un documentaire et une autobiographie retracent les années d'enfer du chanteur du groupe The Libertines, accro aux drogues dures. Son chemin vers le sevrage l'a mené jusqu'en Normandie, où il a dit adieu à la drogue et vit désormais une vie rangée, près d'Étretat, auprès de sa femme et son enfant.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Pour Pete Doherty, le célèbre rockeur britannique, la vie a changé en Normandie. Sur les hauteurs d'Étretat, en Seine-Maritime, où il s'est marié et a vu la naissance de son troisième enfant, la légende du rock anglais a réussi à tirer un trait sur sa vie d'avant, émaillée de scandales et rythmée par son addiction aux drogues.

C'est ce que dévoile un documentaire, filmé dans l'intimité du chanteur du groupe The Libertines, et diffusé par Canal depuis le 19 février. Le film, intitulé Stranger in my own skin ("Étranger dans ma propre peau"), a été réalisé par Katia de Vidas, qui n'est autre que la femme de Pete Doherty. Depuis une dizaine d'années, cette dernière a filmé près de 200 heures de sa vie avec le rockeur, au plus près de son intimité. Sa descente aux enfers, son addiction aux drogues, notamment à l'héroïne, sont montrées sans filtre. "Si tu montres le meilleur, il faut montrer le pire", se justifie Katia de Vidas dans une interview à 20 Minutes.

Hasard du calendrier, l'autobiographie de Pete Doherty, Un garçon charmant (Cherche-Midi, 464 pages), est paru le 15 février pour la première fois en France, deux ans après sa publication en anglais. Là aussi, l'artiste revient sans fard sur ses années de junkie.

En 2019, il s'était notamment fait remarquer en France en se battant, ivre, avec un passant dans le 7ᵉ arrondissement de Paris, alors qu'il sortait d'une garde à vue pour détention de drogue. L'épisode lui avait valu une condamnation à trois mois de prison avec sursis.

Un refuge près d'Étretat

"Je me shootais depuis sept ou huit ans et, comme tous les junkies, à force, on perd ses veines, elles sont détruites", confie le chanteur dans le documentaire. De cures de désintoxication en rechutes, le rockeur a fini par trouver refuge, il y a deux ans, dans une maison près d'Étretat, où il vit depuis, avec sa femme et son enfant. C'est là-bas qu'il s'est marié avec Katia de Vidas et qu'il a dit adieu à la drogue.

Sur la page Instagram de l'artiste, on peut désormais l'apercevoir, dans les paysages normands, ou dans son salon, d'où il peut observer le pic d'Étretat à la fenêtre, en jouant de la musique. Quelques jours avant Noël, le musicien britannique a participé à notre émission "Un château pour les fêtes", où il s'est retrouvé dans le mini-Versailles normand qu'est le château du Champ-de-Bataille, aux côtés de Christophe Willem, Katherine Pancol et d'autres invités, autour des animateurs normands Anne Boétie et Raphäl Yem.

Le magazine Paris-Match rapporte que le rockeur a collé un autocollant "Normandie" sur sa guitare acoustique.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité