Covid-19 : 9e vague, vaccin, port du masque… à quoi faut-il s’attendre pour les fêtes de fin d'année ?

Publié le
Écrit par Kanwaljit Singh .

À moins de trois semaines des fêtes de fin d'année, le covid-19 continue de fortement circuler en Normandie. Mais qu'en est-il exactement ? Et quelles sont les précautions à prendre pour profiter de sa famille et de ses amis ?

À l'approche des fêtes de fin d'année, la neuvième vague du Covid-19 continue de s'amplifier. En Normandie le taux d'incidence s'élève à 243 cas pour 100 000 habitants au 1er décembre 2022, selon Santé Publique France. Il était de 200 pour 100 000 habitants la semaine précédente.



Toute la région est placée sous le seuil d'alerte (au-delà de 10%). Le taux de positivité du virus est le plus fort dans l'Eure avec un chiffre de 25,01%. Il est suivi par la Manche avec 24,73%. En Seine-Maritime, il est de 19,83%. Pour le Calvados et l'Orne, les chiffres sont respectivement de 19,80% et 17,43%.





La vaccination avant Noël et le Nouvel an ?

Les fêtes de fin d'année, c'est toujours l'occasion de se retrouver en famille et entre amis. Alors forcément le gouvernement et l'Agence Régionale de Santé lance un appel à la vaccination pour se protéger. Contre le Covid-19, la population éligible au rappel automnal comprend les personnes âgées de 60 ans et plus, les résidents d’Ehpad et USLD (Unité de soins de longue durée) quel que soit leur âge, les femmes enceintes, les personnes à risque de forme grave de la maladie ou de comorbidités, les personnes vivant dans l’entourage ou en contact régulier avec ces personnes, ainsi que les professionnels des secteurs sanitaires et médico-social. 

Pour être éligible, il faut veiller à la date de dernière injection de vaccin ou, si vous avez été malade du covid-19, la date de votre infection. Ainsi de 60 à 80 ans, il faut patienter 6 mois avant d’aller faire une dose de rappel. Au-delà de 80 ans, il suffit d’attendre 3 mois. En cas d’infection au covid, « la vaccination est recommandée dès trois mois après l’infection en respectant un délai de 6 mois après la dernière injection » de vaccin, estime le site du ministère des Solidarités.



Si vous n'entrez dans aucune de ces catégories et que vous avez moins de 60 ans, c'est un peu plus compliqué de se faire vacciner. En France, certaines personnes se sont vu refuser la vaccination par des pharmaciens invoquant des règles du gouvernement pas très claires.



Pourtant, la présidente de Covars explique que : "toute la population peut se faire vacciner" avec une dose de rappel, rappelle Brigitte Autran, à condition de respecter le schéma vaccinal, même si la campagne est réservée aux "personnes les plus fragiles".



Recommandation des gestes barrières



Les autorités appellent aussi au respect des gestes barrières en ces temps de fêtes. Aération des pièces, se laver les mains régulièrement, utilisation du gel hydroalcoolique, l'ARS rappelle que ces
gestes barrières permettent de limiter la circulation des virus hivernaux. Le port du masque est hautement recommandé et nécessaire dans les situations de grande promiscuité, dans les lieux clos et mal ventilés, comme les transports en commun, et en particulier en présence de personnes fragiles. Il est aussi recommandé pour les personnes les plus vulnérables.



Covid-19, grippe, bronchiolite : un plan blanc déclenché dans plusieurs hôpitaux



Des recommandations sur lesquels insistent les autorités car en parallèle, la Normandie est en phase épidémique pour la grippe. Sans oublier les cas de bronchiolites qui se multiplient sur le territoire. Face à cette triple épidémie et pour faire face à l'afflux de patients, plusieurs hôpitaux de la Région ont déclenché un plan blanc. C'est le cas au Havre, à Rouen, à Evreux ou encore vendredi dernier par le CHU de Caen. Cette situation intervient « dans un contexte global de tensions fortes en raison des difficultés de recrutement de personnels soignants qui limitent les capacités d’hospitalisation des patients », précise l'établissement. 



Il explique que son déclenchement à également pour conséquence « de permettre l’adaptation de certaines activités, afin de continuer à assurer les prises en charge de recours et d’expertise dans les différents services du CHU et d’accueillir les urgences ».

Le plan blanc garanti la prise en charge des patients dans un cadre sécurisé, en lien avec les autres établissements de santé et médico sociaux du territoire.



Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité