Covid-19 : de nouvelles mesures de lutte contre la propagation du virus en Seine-Maritime

Le préfet de la Seine-Maritime impose de nouvelles règles dans le département pour tenter d’infléchir les mauvais chiffres de l’épidémie. Elles sont différentes selon votre lieu d’habitation ou de travail et applicables jusqu'au 14 novembre. On vous aide à vous y retrouver.
 

Bar fermé à cause du Covid-19
Bar fermé à cause du Covid-19 © Christophe ARCHAMBAULT / AFP

Tous vigilants

Dans l’entourage de Pierre-André Durand, le préfet de la région Normandie et préfet de la Seine-Maritime, on le reconnaît volontiers : « la situation est compliquée ». Tous les départements normands sont désormais au-dessus du seuil d'alerte.
 
Les indicateurs de suivi épidémiologique du 16 octobre 2020
Les indicateurs de suivi épidémiologique du 16 octobre 2020 © ARS Normandie

Un rebond épidémique préoccupant en Seine-Maritime

Les indicateurs de suivi épidémiologique (publiés ce vendredi 16 octobre) montrent une forte recrudescence de la circulation du virus dans tous les départements normands. Particulièrement en Seine-Maritime où l'Agence Régionale de Santé (ARS) craint des risques de saturation hospitalière. Le Taux d'occupation des lits de réanimation des patients COVID 19 est de 35 % dans le département. 
Les chiffres du tableau sont des moyennes département par département et cachent des différences importantes sur la situation dans chaque territoire. Il serait donc important de prendre des mesures ciblées dans ces territoires. Particulièrement dans les zones plus densément peuplées ou qui accueillent ou vont accueillir des vacanciers durant les congés de la Toussaint. 

Un dispositif de mesures différent sur tout le territoire 

Ce dispositif est en quelque sorte un système de poupées russes

Pierre André Durand, préfet de la Seine Maritime


Le décret instituant l'état d'urgence sanitaire publié ce samedi est effectif sur une durée de 4 semaines. Il vient d'être complété ce samedi matin par des mesures prises par le préfet de Seine-Maritime. 

Ces mesures sont particulièrement rudes pour certaines corporations. C'est vrai...
Mais je renvoie au civisme de chacun

Pierre-André Durand, préfet de Seine-Maritime

 

Les règles dans toute la Seine-Maritime

Dans tous les départements normands, le décret national entre en application. Les mesures nationales de distanciations sociales et les gestes barrière doivent donc continuer à être respectés rappelle le préfet. Elles sont applicables en Seine-Martitime. 
Quelques exceptions : les manifestations revendicatives et rassemblements ou réunions à caractère professionnel (exemple : assemblée générale), les services de transport de voyageurs, les cérémonies funéraires, les visites guidées organisées par des personnes titulaires d'une carte professionnelle, les marchés ... 
 
A compter du lundi 19 octobre : 

Sont interdits : Sont autorisés mais sous condition :   

Les mesures supplémentaires prises par le préfet 

L'état d'urgence permet aux préfets de prendre des mesures complémentaires en fonction de la situation sanitaires dans les territoires.  C'est ce que vient de faire le préfet de la Seine Maritime ce samedi 17 octobre.
Il veut renforcer les mesures sur les zones qui acceuillent le plus de population ou qui sont suceptibles d'en accueillir plus pendant cette période de vacances scolaires. C'est le cas dans l'agglomération de Rouen, celle du Havre et dans plusieurs villes cotières ou balnéaires. 

Dans l'agglomération de Rouen

La situation est particulièrement mauvaise dans l'agglomération de Rouen. Les chiffres ne sont pas bons mais seules 33 des 71 communes communes de l'agglomération de Rouen sont concernées par le couvre-feu imposé à compter de ce samedi 17 octobre.  

Les communes concernées: Amfreville-la-Mi-Voie, Belbeuf, Bihorel, Bonsecours, Bois-Guillaume, Canteleu, Caudebec lès Elbeuf, Cléon, Darnétal, Déville-lès-Rouen, Elbeuf, Franqueville Saint Pierre, Grand-Couronne, Houppeville, Isneauville, Le Grand-Quevilly, Le Houlme, Le Mesnil-Esnard, Le Petit-Quevilly, Malaunay, Maromme, Mont-Saint-Aignan, Oissel, Orival, Notre-Dame-de-Bondeville, Petit-Couronne, Rouen, Saint-Aubin-lès-Elbeuf, Saint-Etienne-du-Rouvray, Saint-Léger-du-Bourg-Denis, Saint-Pierre-lès-Elbeuf, Sotteville-lès-Rouen et Tourville-la-Rivière. 
 
Les 33 communes de l'agglo de Rouen concernées par le couvre-feu
Les 33 communes de l'agglo de Rouen concernées par le couvre-feu © FranceTélévisions /Jerémie Matz et Alice Levacher

Dans ces communes, chacun doit respecter le couvre-feu et être chez soi de 21 heures à 6 heures le lendemain matin. 
Des dérogations sont possibles  :
Dans tous ces cas, il conviendra d'être muni d'une attestation.Les exceptions :
  1. Les rassemblements, réunions ou activités à caractère professionnel ;
  2. Les services de transport de voyageurs ;
  3. Les établissements recevant du public dans lesquels l'accueil du public n'est pas interdit en application du présent décret ;
  4. Les cérémonies funéraires organisées hors des établissements mentionnés au 3° ;
  5. Les visites guidées organisées par des personnes titulaires d'une carte professionnelle.
 
Les réunions à plus de six personnes sont fortement déconseillées dans le cadre privé.
Comme lors du confinement démarré en mars 2020, le non-respect du couvre-feu est passible d'un amende de 135 €. En cas de récidive, l'amende passera à 1500 €. A la troisième récidive, le non-respect du couvre-feu est passible de six mois de prison et 3750 € d'amende.
 

Le Havre et son agglomération : 

La situation du Havre suit celle de Rouen, avec quelques temps de retard.

Pierre-André Durand, préfet de Seine-Maritime

Le taux d'incidence (le nombre de cas positif pour 100 000 habitant) augmente dans l'agglomération du Havre. Il était de 116 le 8 octobre. Il est passé à 192 ces derniers jours. 
C'est la raison pour laquelle, le préfet a décidé de prendre des mesures dans 5 communes de l'agglomération du Havre :
  1. Gonfreville l'Orcher
  2. Harfleur 
  3. Le Havre
  4. Montivilliers
  5. Sainte Adresse
Les mesures d'interdiction : 

Les villes cotières 

11 villes cotières ou balnéaires de Seine-Maritime sont concernées par des mesures. Il s'agit des communes suivantes :
  1. Criel sur mer
  2. Dieppe 
  3. Etretat
  4. Fécamp 
  5. Saint Valéry en caux 
  6. Saint Aubin sur mer 
  7. Le Treport
  8. Varengille sur mer  
  9. Veulettes sur mer 
  10. Veules les Roses 
  11. Yport 
Les mesures d'interdiction Il s'agit là d'une mesure qui vise les touristes et vacanciers. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société politique