Retour à la tradition : un fabricant de balais en paille s'installe près de Dieppe

C'est une reconvertion professionnelle très originale dans laquelle s'est lancé un couple d'anciens commerçants de Dieppe. Ils ont profité de la crise sanitaire pour se former et vendre des balais à l'ancienne : en bois et en paille. Le succès est déjà au rendez-vous.

© FranceTélévisions

C'est en plein confinement, au printemps 2020, que Marie-Laure et Arnaud Gabriel, des anciens vendeurs de materiels de travaux publics à Dieppe, décident de quitter leur travail. Ils recherchent un mode de vie plus simple et s'installent pour cela, à la campagne. Plus précisement : à Rainfreville, un petit village situé à quelques kilomètres plus au sud.

Le couple est alors sans activité et sans idée précise sur son devenir professionnel jusqu'au jour où Arnaud découvre une photo. Celle d'une ancienne machine à fabriquer des balais.

L'outil - qui est à vendre - appartient à un artisan du Gard à la retraite. Pendant 45 ans, celui-ci a fabriqué des balais artisanaux en paille de Sorgho. Il était alors l'un des derniers à exercer ce métier dans le pays. Le couple normand se lance dans l'aventure. Il se forme auprès de l'ancien artisan et revient en Normandie avec la précieuse machine et un stock de paille qu'il vient de lui racheter.   

Début 2021, le couple lance son entreprise : La balaiterie. Marie-Laure s'occupera de la comptabilité et Arnaud de la fabrication des balais selon une technique ancestrale et artisanale. 

Comme les vanniers, on doit travailler avec de la paille mouillée. Sinon la paille est cassante. 

Arnaud Gabriel

La monteuse (c'est le nom de la fameuse machine) permet d'enrouler du fil de fer autour de plusieurs couches de paille. Arnaud ajoute un brin de modernité à ces balais en teintant quelques unes de ces pailles et en personnalisant les manches en bois.

Un couple fabrique des balais artisanaux en paille de Sorgho près de Dieppe

Produire sa propre paille

C'est le nouveau défi que s'est lancé le couple d'artisans. D'ici quelques mois, ils produiront leur propre paille. Pour cela, ils peuvent compter sur Eric, un agriculteur qui va les aider à faire pousser les graines de sorgho.

Un bon départ

L'activité des nouveaux convertis démarre plutôt bien. Leurs produits se vendent entre 12 et 69 euros. Aujourd'hui, de nombreux magasins promouvant le made in France ont passé commande auprès d'Arnaud et Marie-Laure. Un succès rapide qu'ils n'attendaient pas. Leurs balais vont même s'exporter jusqu'à New York. 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
artisanat économie portrait culture ruralité société tradition