Au 150e anniversaire du HAC, le Stade Malherbe joue les trouble-fêtes et s'impose 4-2

Publié le Mis à jour le

Un match évènement ce samedi au Havre. Le doyen du football français célébrait son 150e anniversaire et affrontait l'autre poids lourd du ballon rond en Normandie, le Stade Malherbe de Caen. Un rendez-vous que les supporters de part et d'autres de la Seine n'auraient manqué pour rien au monde.

"J'ai rien contre les Havrais. Mais j'appartiens aujourd'hui au Stade Malherbe et j'ai bien compris que c'était important pour qu'on puisse être fier de nos couleurs", déclarait récemment Stéphane Moulin, l'entraîneur du Stade Malherbe de Caen. C'est peu dire que le deux derbys de la saison (quand les deux clubs jouent dans le même championnat) revêtent une importance particulière pour les supporters de part et d'autres de la Seine, deux frères ennemis qui se taquinent, plus ou moins gentiment, depuis de nombreuses années. 

Longtemps, les Caennais, fréquentant l'élite du football français, ont regardé un peu de haut les Havrais. Mais les temps changent et les rouge et bleu semblent, pour le moment, avoir fait une croix sur leur rêve de retour en ligue 1. Ce rêve, les Ciel et Marine pouvait le caresser cette saison. Les hommes de Paul Le Guen ont offert de biens meilleures prestations, s'installant durablement dans la première partie de tableau. Mais la perspective de disputer les barrages s'est considérablement éloignée mardi dernier à l'issue d'une soirée exécrable. Sixième au classement, le HAC compte, après deux défaite successives, sept points de retard sur Sochaux, son adversaire direct. A l'inverse, Caen, à la peine durant une grande partie de la saison, semble retrouver un peu d'air et de confiance. La semaine dernière, les hommes de Stéphane Moulin se sont payés le leader du championnat, infligeant un sévère 4-1 à leurs adversaires toulousains. Malheureusement, malgré leur domination sur le terrain, les Caennais n'ont pas réussi mardi dernier à enchaîner sur une deuxième victoire de suite, se contentant d'un nul à Valenciennes. 

Les supporters au rendez-vous

"On se doit vis-à-vis de nos supporters d’être pros, engagés", lançait Paul Le Guen mardi soir à l'issue du match perdu à Dijon. Et ce d'autant plus que le match de ce samedi était doublement particulier : non seulement le HAC recevait son frère ennemi mais en plus il célébrait son 150e anniversaire. Les supporters des Ciel et Marine étaient bien évidemment au rendez-vous.

Les Caennais, même s'ils n'avaient pas d'anniversaire à célébrer, n'étaient pas en reste. Cinq jours avant le match, le Malherbe Normandy Kop annonçait déjà la présence de 1500 Caennais au match de ce samedi. Dans les tribunes du stade Océane, un de nos confrères en recensait finalement 2000 au coup d'envoi de la rencontre.

A la huitième minute, les Havrais n'avaient toujours pas mis le pied dans la surface caennaise. Dominateurs durant cette entame de match, les Caennais ne se montrent pas pour autant dangereux se créant davantage de situations que de réelles occasions. La première occasion est havraise : à la 11e minute, Quentin Cornette dévie de l'extérieur le ballon dans les pieds de Matthis Abline qui file seul vers le but caennais, sans toutefois parvenir à marquer. Trois minutes plus tard c'est Nuno Da Costa, côté caennais, qui fait frémir les tribunes havraises. Mais le ballon passe au-dessus des buts.

Les Havrais peuvent remercier le poteau

Pour autant les supporters de Malherbe peuvent également remercier leur portier, Riou, qui sait anticiper les manœuvres havraises et court-circuiter les assauts de l'adversaire. Son homologue havrais, Yahia Fofana, n'est pas épargné. A deux reprises le gardien est percuté de plein fouet par un joueur caennais. Le portier parvient tout de même à contrer la première véritable occasion de la rencontre, un tir cadré (le premier du match) de Nuno Da Costa à la 35e minute. Mais deux minutes plus tard, le même attaquant caennais parvient à envoyer de la tête le ballon au fond des filets sur un corner. A la 45e, Le Havre a l'occasion de remettre les compteurs à zéro sur corner. Peine perdue. Et quelques secondes avant la pause, le Stade Malherbe manque de très peu de creuser l'écart grâce à Alexandre Mendy. Les Havrais peuvent remercier le poteau de but qui dévie in extremis le ballon. Caen mène 1-0 à la mi-temps au stade Océane.  

Caen met la pression

A la reprise, les plus dangereux sont encore les Caennais. Dès la 46e minute, le Stade Malherbe obtient un coup franc. Yohann Court tire, Alexandre Mendy récupère de la tête et met le ballon au fond des filets. Ce deuxième but caennais est refusé pour hors-jeu. Mois de dix minutes plus tard, les Malherbistes mènent de nouveau l'assaut sur les cages havraises mais Nuno Da Costa, face au gardien, manque le ballon envoyé par Jessy Deminguet. Poussé par son public, le HAC tente de relever la tête. Mais la réussite n'est toujours pas au rendez-vous. Caen continue de mettre la pression : un corner bien intercepté par le gardien havrais puis Da Costa, qui bute une nouvelle fois sur le poteau, peu avant la 70e minute.

Une fin de match haletante

Le stade Océane explose à la 72e minute lorsque Jamal Thiaré, tout juste rentré sur le terrain, remet les compteurs à zéro sur un centre de Quentin Cornette. Mais la joie des Havrais est de courte durée. D'un tacle glissé le jeune Kumbedi Nseke fauche Hugo Vandermersch, écope d'un jaune puis d'un rouge au regard de la gravité de la blessure infligé à son adversaire caennais. Le Stade Malherbe obtient un penalty. Jessy Deminguet double la mise pour Caen. Et le cauchemar continue pour les Ciel et Marine, réduits à dix. Les Havrais, piqués au vif, mènent l'assaut sur les cages caennaises mais Caen récupère le ballon dans son camp et contre-attaque. Benjamin Jeannot inscrit à la 85e minute le troisième but malherbiste sur un centre de Jessy Deminguet. 

Mais les Havrais n'ont pas dit leur dernier mot et la fin de match est haletante. Une minute après le troisième but caennais, Matthis Abline, servi par Quentin Cornette, relance le HAC en réduisant l'écart. La fin de match est complètement folle. Dans le temps additionnel, Caen plante un quatrième clou dans le cercueil havrais. Et c'est le portier du HAC qui tient le marteau. Mathieu Gorgelin manque son dégagement et Jessy Deminguet fonce et saisit l'occasion. Le Stade Malherbe s'impose par 4 buts à 2 au stade Océane. Et ses supporters ne sont pas les premiers à chambrer.

Sportivement, le Stade Malherbe réussit une belle opération en ramenant trois points à la maison. Au classement provisoire, Caen occupe la septième place, à deux points du HAC.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité