Au Havre, une première marche des fiertés organisée ce samedi

Publié le Mis à jour le

Ils étaient plusieurs centaines à sillonner le centre-ville du Havre pour la première marche des fiertés de la porte océane.

Alors que Rouen et Caen ont leur marche des fiertés depuis plusieurs années, au Havre, la gay pride de ce samedi 11 juin 2022 était une première. Elle a rassemblé plusieurs centaines de sympathisants de la cause LGBTQ (lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres). Dans le cortège, le jeune Stefan explique : "je suis gay et c'est important pour moi de m'exprimer dans une manifestation parce qu'il y a encore trop de tabous au sujet des LGBT, beaucoup trop de violence et on est encore trop souvent mis à l'écart". 

"Ca fait du bien de voir que la communauté est aussi unie et qu'il y a autant de monde au Havre. C'est important de ne pas se sentir seule", confirme Léa.

Sur son site, l'équipe organisatrice avait lancé une souscription en ligne. "Cette marche, nous la souhaitons accessible à un maximum de monde. Les impensés de la société ne doivent pas être un frein aux personnes : sourdes, en fauteuil par exemple. Cette marche nous la souhaitons indépendante et libre, c'est à dire sans subvention ou parrainage d'aucune sorte. Les frais sont néanmoins nombreux. Cette marche nous la souhaitons politique, militante et festive."

Il était important que l'on fasse une marche des fiertés au Havre, car il y a une grosse communauté LGBT. Ca manquait énormément.

Stefan, participant à la marche des fiertés

Une journée entière dédiée à la culture LGBT

Le samedi matin, un village associatif regroupant une dizaine d'associations comme Aides, NousToutes76 ou la ligue des droits de l'homme permettait aux participants de s'informer sur l'égalité des droits mais aussi sur les pratiques sexuelles. La marche en elle-même démarrait à 14 heures 30 devant l'Université du Havre. Durant deux heures trente, le cortège, accompagné d'un camion sono, a emprunté les principales artères de la cité Océane (cours de la République, boulevard de Strasbourg, rue de Paris et quai de Southampton).

La journée devait s'achever par par une soirée Queer Zone au fort de Tourneville entre 19 heures et une heure du matin. L'événement proposait également des performances, des concerts et des DJ sets.