• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • Société
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE

Quel avenir pour la ferme Gröning qui accueille des animaux de races anciennes ?

A Grumesnil, la ferme Gröning au coeur du pays de Bray accueille des animaux d'une autre époque. Seule ferme pédagogique de ce type en France, elle pourrait pourtant fermer ses portes. Ses propriétaires ont lancé une cagnotte sur internet pour récupérer des fonds.

Par Julie Howlett

La Ferme Gröning se trouve au cœur du pays de Bray, entre Forges-les-Eaux et Gournay-en-Bray. C'est une ferme d'archéologie expérimentale où l'on peut découvrir une centaine d'animaux comme le Tarpan (cheval sauvage européen), l'Aurochs, des Rennes qui sont des animaux protohistoriques, mais aussi des animaux de l'Antiquité et du Moyen-âge comme le cochon laineux (cochon élevé par les gaulois) et le mouton de Jacob à 4 cornes.

Des travaux imprévus


Pour développer son activité, Frédéric Hanocque, son propriétaire, souhaite installer 4 panneaux indicateurs dans la commune où est implantée la ferme. Leur coût ? 2500 euros. Trop cher pour lui et sa compagne, à cause notamment de certains imprévus.  Le véhicule de la ferme qui leur servait à tracter ou à partir faire des animations est tombé en panne. Ils ont dû en racheter un plus gros. Par ailleurs, les 4 tempêtes successives ont eu raison des toitures. Il a donc fallu faire des travaux.

La ferme en difficulté financière


Ces panneaux indicateurs permettraient à la ferme d'être plus facilement repérée pour avoir plus de visiteurs. En 2017, 300 personnes ont franchi les portes de l'exploitation. Trop peu pour payer les différentes charges, alors la société a été placée en redressement judiciaire. Pour sortir la tête de l'eau, une cagnotte sur internet vient d'être lancée par sa compagne.
La ferme du Gröning a jusqu'au mois de Novembre pour récupérer 10 000 euros grâce à la cagnotte et les visites pour poursuivre son activité.

Reportage de Grégory Archiapaty et Judikaëlle Rousseau :

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Gilets jaunes à Evreux : le maire d'Evreux s'explique

Les + Lus