Le ministre à la Transition numérique, Jean-Noël Barrot, a annoncé mercredi 16 novembre 2022 une enveloppe de 30 millions d'euros à destination des PME et des collectivités pour lutter contre les cyberattaques. Ces deux derniers mois la Ville de Caen et le Département de la Seine-Maritime ont été touchés par ces attaques informatiques.

Trente millions d'euros, c'est le montant des fonds qui vont être consacrés à la lutte contre les cyberattaques, annonce le ministre délégué à la Transition numérique, Jean-Noël Barrot mercredi 16 novembre 2022 à Rennes. Un "bouclier cyber" composé d'une série de mesures va être mis en place pour aider les PME et les collectivités à faire face à ce nouveau fléau. Fin septembre dernier, la Ville de Caen a été la cible d'une cyberattaque ainsi que le Département de la Seine-Maritime au moins d'octobre. Selon un rapport du Sénat, au cours de l’année 2020, 30 % des collectivités locales ont été victimes de cyberattaques.

Ce plan pour 2023 de 30 millions d'euros s'ajoute aux 20 millions d'euros annoncés après l'attaque ayant visé l'hôpital de Corbeil-Essonnes cet été. Il comprend plusieurs volets.

Les volets du "bouclier cyber"

Un filtre anti-arnaque pourra être installé sur le navigateur ou sur un smartphone qui sera une "protection en première approche". "Nous voulons que nos concitoyens puissent voir leurs données protégées sur des sites qui ne sont pas des sites d'arnaque, qui sont des sites d'opérateurs privés ou publics, mais qui peuvent être eux-mêmes la cible de cyberattaques et donc qui peuvent à terme produire à la publication de données", précise le ministre.

Pour les entreprises, un outil d'autodiagnostic gratuit va être développé. En outre, pour 750 PME et ETI (entreprises de taille intermédiaire), le bouclier cyber offrira un audit et une mise en œuvre de solutions et de formations.

Pour les collectivités, qui sont touchées par les cyberattaques comme celles ayant visé cette année Guingamp, Caen ou le Département de Seine-Maritime, le plan va permettre le prolongement de parcours renforcés de sécurisation pour 125 d'entre elles et de nouveaux parcours pour 50 autres. Fin 2023, plus de 1000 collectivités et administrations auront suivi ce parcours de sécurisation.

Enfin, pour toutes les communes, y compris les plus petites, une plateforme de services mutualisés va être proposée, avec un outil "clé en main" sur la base d'un abonnement où l'Etat permet aux collectivités de bénéficier d'un nom de domaine, d'une messagerie et d'un hébergement en ligne sécurisés.

La question de la cyber sécurité "prend une ampleur considérable", touchant "toutes les dimensions de la vie économique et sociale de la Nation", avec presque chaque semaine "des attaques particulièrement spectaculaires", a rappelé Jean-Noël Barrot.