• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • Société
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE

Un homme condamné à 30 ans de réclusion pour le meurtre d'une transsexuelle à Rouen

© Dessin : Mathias Poisnel
© Dessin : Mathias Poisnel

Au terme de 4 jours de procés à la cour d'assises de Seine-Maritime à Rouen, l'accusé a été condamné le 1er juillet 2019 à 30 ans de réclusion. Cet homme âgé d'une trentaine d'années était accusé d'avoir assassiné d'une balle dans la nuque une transsexuelle péruvienne en février 2016. 

Par ADV

Le verdict est tombé lundi 1er juillet 2019, l'homme a été condamné à une peine de 30 ans de réclusion, condamnation supérieures aux réquisitions de l'avocat général.


Une balle dans la tête


Dans la nuit du dimanche 21 au lundi 22 février 2016, Luis Fernando Zaratevilcas est retrouvé mort dans la cage d'escalier de son immeuble situé au 32 route de Neufchâtel à Rouen.
La victime est une transsexuelle de 53 ans qui selon des voisins se prostituait dans le quartier de la gare de Rouen depuis 8 ans et ramenait parfois des clients à son domicile.
 

Le corps de "Lucha" est découvert par son colocataire sur le palier. Les enquêteurs pensent d'abord qu'il s'agit d'un accident, une chute dans les escaliers car la quinquagénaire porte de très hauts talons. L'autopsie et l'enquête menée par le SRPJ de Rouen (Service Régional de la Police Judiciaire) a permis de découvrir que la victime avait été tuée d'une balle de petit calibre dans la nuque.


L'accusé

Le jeudi 25 février 2016, un homme de 34 ans est interpellé et déféré devant un juge d'instruction. Lors de sa garde de vue, l'homme nie les faits et dément avoir eu recours aux services de transsexuelles prostituées. Quelques jours plus tard, lundi 29 février, il est mis en examen pour le meurtre de la quinquagénaire et écroué. Le meurtrier présumé était déjà connu des services de police pour des délits mineurs. 

L'accusé a déjà commis des agressions à l'arme blanche contre une autre transsexuelle prostituée en mai 2015. La victime avait alors porté plainte sans connaître l'identitié de son agresseur. Lorsqu'il revient voir des prostituées sud-américaines en février 2016, cette victime reconnaît le trentenaire et relève sa plaque d'immatriculation. Un indice qui permettra de retrouver vite le meurtrier de "Lucha".

Il est accusé d'homicide volontaire et risque jusqu'à 30 ans de réclusion criminelle. Son procés à la cour d'assises de Seine-Maritime à Rouen va durer quatre jours.

 
En février 2016 était assassiné à Rouen un transsexuel péruvien
Un homme est jugé pendant 4 quatre jour par la cour d'assises de Seine-Maritime

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Eclectisme aux Musicales de Cormeilles 2019

Les + Lus