Lubrizol : des premières analyses révèlent la présence de molécules d'hydrocarbures dans du lait maternel

© France 3 Normandie
© France 3 Normandie

Ce sont des premiers résultats partiels et bruts. Mais ils ont de quoi inquiéter : toluène, éthylbenzène, xylène. Des molécules d'hydrocarbures ont été trouvées dans du lait maternel prélevé après l'incendie de l'usine Lubrizol à Rouen. Plusieurs plaintes doivent être déposées.

Par Marie du Mesnil-Adelée

A l'origine de la démarche, une avocate rouennaise, Saliha Blalouz. Dès le 2 octobre, soit une semaine après l'incendie de l'usine Lubrizol à Rouen, et face aux questionnements de la population, elle met en demeure l’Agence régionale de santé pour faire des analyses sur le lait maternel. Sans réponse, elle décide de faire réaliser ces tests individuellement avec neuf mères volontaires au  CHU de Rouen en présence d'un huissier de justice.

On sait pertinemment que le lait maternel est un excellent indicateur de la pollution environnementale. On va pouvoir faire des comparaisons. Savoir ce qui relève de la pollution environnementale 'normale' et ce qui relève d'une pollution exceptionnelle liée à un accident de ce type. - Maître Saliha Blalouz, avocate au barreau de Rouen

 
© France 3 Normandie
© France 3 Normandie

Des prélèvements à prendre avec précaution

Ces prélèvements d'urine et de lait ont été analysés au CHU de Limoges, qui a révélé ses premières conclusions la semaine dernière. Ce sont des premiers résultats partiels et bruts, à prendre donc avec précaution. Mais ils révèlent d'ores et déjà une présence de molécules d’hydrocarbures (éthylbenzène, toluène, xylène).

Attention, il reste donc des comparaisons à opérer avec du lait antérieur (stocké par congélation avant Lubrizol), ainsi qu'avec des prélèvements qui vont être effectués dans les prochains jours (à + 1 mois environ) puis à + 3 mois et + 6 mois.

Ils seront couplés à des prélèvements sur des mères d’autres villes industrielles comme Paris ou Grenoble.  L'avocate rouennaise a activé un groupe de mères allaitantes qui sont volontaires pour recueillir leur lait. Le tout est de savoir si ces traces d’hydrocarbures sont liées à un environnement pollué chroniquement ou à l’exposition liée à Lubrizol.

Ces prélèvements sont couplés à des questionnaires de santé, hygiène et mode de vie.

Plaintes contre X

Pour rappel, la directrice de l'agence régionale de santé avait déclaré au lendemain de l'incendie qu'il n'était pas justifié de remettre l'allaitement en cause.
 

Les neuf mères concernées à Rouen déclarent vouloir porter plainte contre X pour mise en danger de la vie d'autrui. Une quarantaine d'autres femmes sont entrées en contact avec l'avocate rouennaise, qui se dit prête à engager des poursuites judiciaires.

Ca me met en colère parce que ça me dit que j'ai peut-être donné des choses négatives à mon bébé. L'allaitement, c'est un engagement, c'est un investissement. Et le fait de savoir que ça aurait pu être souillé par un événement comme ça, c'est révoltant. - Julie Lebourgeois, maman d'un petit garçon de 9 mois.

Le reportage de Bérangère Dunglas et Bruno Belamri (montage : Carole Lebret) :
 
Des molécules d'hydrocarbures dans le lait maternel suite à Lubrizol ?


 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus