Ouverture de lits, appel aux cliniques privées : le CHU sur le fil du rasoir répond à son personnel épuisé

Un comité d'hygiène et sécurité extraordinaire a eu lieu le 11 janvier en présence de l'inspectrice du travail. Ceux qui soignent sont eux-mêmes très fragilisés sous la pression du Covid et du manque de personnel.

Une unité de 10 lits vient d'ouvrir au CHU de Rouen, avec surtout, toute une "équipe soignante affectée en urgence" explique le professeur Chassagne, chef du service de médecine gériatrique.

Il fallait trouver une solution pour les patients examinés aux urgences qui doivent rester à l'hôpital. 

10 lits, cela ne suffira pas. Les cliniques privées de l'agglomération se sont engagées à réserver elles aussi 10  autre lits pour les patients du CHU.

"Ce n'est pas énorme" estiment les syndicats entendus le 11 janvier lors du CHSCT extraordinaire mais l'heure est au dialogue dans la tempête.

durée de la vidéo : 00h00mn30s
Au CHU de Rouen, la grève aux urgences s'étend à d'autres services. Les soignants sont sous pression. La pandémie accentue l'épuisement et beaucoup préfèrent quitter l'hôpital pour avoir des conditions de travail meilleures. ©F. Pesquet/B. Belamri

Congés reportés, surcharge de travail et arrêts maladie, le cercle vicieux

Comment retenir les médecins et infirmiers au CHU, comment en attirer de nouveaux ?  La pandémie accélère un mouvement déjà bien connu.

"Certains iraient même jusqu'à l'abandon du poste pour se faire licencier parce qu'ils ne veulent pas rester au CHU.  Ceux qui partent ce n'est pas pour gagner plus mais pour avoir de meilleures conditions de travail" explique la représentante de la CGT.

Frédéric Louis, représentant CFDT, poursuit "On est confronté à de grosses difficultés de recrutement. A vouloir faire des économies ces 20 dernières années, on est en train de le payer aujourd'hui. L' absentéisme est en lien avec des équipes fatiguées parce qu'elles reviennent beaucoup sur leur repos, elles accumulent une dette sociale"La direction du CHU détaille les mesures qu'elle entend déployer :" des attraits pour recruter puis fidéliser ces soignants très convoités" explique Bertrand Cazelles, directeur général adjoint. Mesures salariales, en "recrutant au maximum qui est possible",  parcours professionnels à la carte pour "individualiser l'évolution des soignants en fonction de leurs souhaits."

La grève des urgences illimitée se poursuit, elle dure depuis le 27 décembre. Les soignants réquisitionnés reçoivent les patients. La CGT appelle aussi à une grève au service de chirurgie viscérale.