Réforme des retraites : après l'utilisation du 49.3, quels députés normands devraient voter les motions de censure ?

Après le recours à l’article 49.3 par Elisabeth Borne pour faire adopter la réforme des retraites, la mobilisation s’amplifie. Deux motions de censure ont été déposées ce vendredi 17 mars à l’Assemblée nationale. Quels sont les députés normands qui pourraient les voter ?

Les manifestations et blocages ont repris de plus belle en Normandie comme partout en France. Sur l'échiquier politique, deux motions de censure ont été déposées. Dès jeudi soir, Sébastien Jumel, député de la Gauche Démocrate et Républicaine (Nupes) de Seine-Maritime, annonçait la poursuite du combat à nos confrères de France Bleu Normandie :


Le but d'une motion de censure est d'empêcher l'adoption d'un texte après l'activation du 49.3, et témoigner de la défiance des parlementaires envers le gouvernement. Celle-ci doit être déposée dans les 24 heures suivant le recours au 49.3 par un minimum de 10% des députés, soit 57 à l'Assemblée nationale. Cette dernière fait ensuite l'objet de débats dans les jours qui suivent. À la fin, pour être adoptée, la motion de censure doit recueillir la majorité absolue, c'est-à-dire au moins 287 voix.

Deux motions de censure déposées

Parmi les 28 députés de Normandie, il faut se pencher sur les familles politiques. Concernant la Nupes, la consigne est claire depuis le début des débats : le groupe refuse cette réforme des retraites. 9 députés normands appartiennent à cette coalition et devraient tout naturellement voter la motion de censure.

La Nupes s'est rattachée à la motion de censure des 20 députés indépendants Liot (Libertés Indépendants Outre-mer et Territoire). Dans cette motion de censure transpartisane, le recours au 49.3 est qualifié "d'apogée d’un déni de démocratie inacceptable". Selon nos confrères de Franceinfo, cette motion aurait été signée par "91 députés, dont 16 de ce groupe centriste, et des membres des quatre groupes de la Nupes (PS, LFI, communistes et écologistes)". 

Le Rassemblement national a également déposé une motion de censure à l'Assemblée nationale. "Et nous voterons toutes les motions de censure présentées", a ajouté Marine Le Pen, présidente du groupe RN à l'Assemblée nationale. Les quatre députés RN de l’Eure soutiendront leur leader.

Le parti le plus divisé est bel et bien Les Républicains. Elisabeth Borne a d’ailleurs déclaré que le recours au 49.3 était lié à la division au sein du parti : "Le président des Républicains Éric Ciotti et le président du groupe LR à l’Assemblée nationale Olivier Marleix voulaient voter cette réforme après les compromis qui ont été trouvés. Mais certains au sein de ce groupe ont joué une carte personnelle, en contradiction avec ce que portent les Républicains depuis des années et aussi en contradiction - pour certains - avec ce qu’ils ont proposé il y a quelques mois", a déclaré la Première ministre.

En Normandie, trois députés appartiennent à la famille politique d’Eric Ciotti.

Ils sont également trois encartés dans le parti d’Edouard Philippe "Horizons et apparentés" qui ne devraient pas voter les motions de censure, tout comme le seul député Modem Christophe Blanchet, de la 4 ème circonscription du Calvados.

Les 8 députés du parti d’Emmanuel Macron (Renaissance) suivront bien évidemment le gouvernement.

Les motions peuvent-elles aboutir ?

Les 2 motions de censure seront débattues lundi 20 mars 2023 dans l’hémicycle. Cependant, elles n’ont que peu de chances d’aboutir. Mathématiquement, il faudrait que 25 députés Républicains votent en faveur d'une motion.

Les voix des seuls députés de la Nupes, du Rassemblement national, du groupe Liot et des non-inscrits ne seront pas suffisantes (cet ensemble d’oppositions ne représente que 262 voix et il en faut 287). 

Bertrand Pancher, président du groupe Liot à l'Assemblée, compte sur ses "collègues" : "Si nous voulons qu'elle soit votée, il faut qu'elle soit soutenue par le plus grand nombre (…) Et donc je voulais faire un appel à mes collègues LR qui ont voté contre la réforme des retraites en leur disant 'Rejoignez nous, n'ayez pas peur et votez cette motion de censure'", a-t-il déclaré. 

Leur ralliement semble improbable à ce jour comme l’a déclaré Eric Ciotti après le dépôt des motions de censure. "Aucun député Les Républicains n’est cosignataire de la motion de censure Liot et extrême-gauche conformément à notre décision collective. Si l’un d’entre eux l’avait fait, il n’aurait immédiatement plus eu sa place dans notre famille politique."

Les 28 députés en Normandie

Calvados

    Eure

     Manche

     Orne

     Seine-Maritime

    L'actualité "Politique" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
    L'actualité "Politique" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
    choisir une région
    France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité