Vélos-voitures : comment cohabiter sans danger ?

Alors que la Sécurité routière a lancé le 25 septembre 2020 une vaste campagne de sensibilisation à destination des cyclistes et des automobilistes et que le vélo a le vent en poupe y compris à Rouen, on fait le point sur les règles à respecter en matière de partage de la route.

Face à la hausse du nombre de cyclistes, la Sécurité routière a lancé vendredi 25 septembre une vaste campagne de sensibilisation.
Face à la hausse du nombre de cyclistes, la Sécurité routière a lancé vendredi 25 septembre une vaste campagne de sensibilisation. © Sécurité routière
« Attention à vélo, attention aux vélos ». Tel est le slogan de la première grande campagne de sensibilisation de la Sécurité routière destinée aux cyclistes et aux automobilistes face à la hausse de la pratique du vélo et du nombre d’accidents.
 
Grève dans les transports en commun, crise du covid, création de pistes cyclables : autant de raisons qui ont poussé récemment davantage de Français à enfourcher un vélo. Depuis le déconfinement, la fréquentation cyclable a ainsi augmenté de 30% en France par rapport à la même période en 2019 selon l’association Vélo et Territoires.
Une hausse qui s’accompagne malheureusement d’une augmentation de la mortalité. Depuis le début de l’année, 123 cyclistes ont été tués soit seulement 29 de moins que sur la même période en 2019. Et 1 566 personnes ont été blessées à vélo de juin à août 2020, contre 1 362 en 2019.

 + 3000 déplacements supplémentaires en vélo depuis mai dans la métropole de Rouen

En ex-Haute-Normandie, la petite reine a également le vent en poupe. Pour accompagner le déconfinement progressif de la population, la métropole de Rouen a lancé un plan vélo. Création de 20 km de pistes cyclables, aide à l’acquisition d’un vélo – 2000 personnes en ont bénéficié, aide à la réparation de vélo, gratuité du service Cy’clic etc
In fine, la métropole relève plus de 3000 déplacements supplémentaires réalisés en vélo par jour depuis mai. S’ajoutent également aux vélos les nouveaux engins de déplacement personnels motorisés (EDPM) comme les trottinettes électriques ou les gyropodes devenus courants dans le paysage urbain. Face à cette multiplicité des modes de déplacement, le responsable-adjoint des unités de sécurité routière à l'hôtel de police de Rouen, Fernand Voisin, lui-même utilisateur d’une trottinette électrique appelle à plus de prudence. 

On a malheureusement beaucoup d'utilisateurs de vélos et de trottinettes qui pensent que les feux rouges ne sont pas pour eux : en fin de compte ils sont irrespectueux du code de la route ! "

Fernand Voisin, responsable-adjoint des unités de sécurité routière à l'hôtel de police de Rouen

VIDEO : Fernand Voisin, un policier spécialisé en sécurité routière, fait le point sur la cohabitation vélos-EDPM-voitures dans les rues de Rouen à la rentrée de septembre 2020

On parle des vélos qui passent sans faire attention aux angles morts. Généralement, c’est des petits accrochages. Même si le casque n’est pas obligatoire pour les cyclistes et les EDPM, c’est leur seul moyen de protection. On le conseille fortement.
J’ai l’impression que les cyclistes ont un sentiment de liberté et qu’à partir du moment où ils sont à vélo, ils pensent que le code de la route ne s’applique pas pour eux"

Fernand Voisin, responsable-adjoint des unités de sécurité routière à l'hôtel de police de  Rouen

Que dit le code de la route ?

© Sécurité routière
 

Equipez-vous et votre vélo

© Sécurité routière

 Dans le cadre de la campagne nationale de Sécurité routière, la police de Rouen va mener une journée de sensibilisation en octobre à destination des cyclistes, des utilisateurs de trottinettes et des piétons. Lors de cette opération, des chasubles jaunes plus légers seront distribués.
La Sécurité routière de Rouen va distribuer des chasubles jaunes plus légers et faciles à ranger.
La Sécurité routière de Rouen va distribuer des chasubles jaunes plus légers et faciles à ranger. © Calypso Vanier

Seulement 1% des déplacements réalisés à vélo en 2017

Co-responsable de l’association Sabine, Guillaume Grima, a aidé la métropole à ouvrir des pistes cyclables après le confinement. Il dénonce une « stigmatisation des cyclistes ».
 
L'association Sabine réclame davantage d’aménagements pour les cyclistes ©Calypso Vanier

«  Il y a des aménagements qui manquent de continuité, c.a.d qu’on arrive au bout d’un emménagement et hop tout s’arrête alors est-ce qu’on revient sur le trottoir avec les piétons ou sur la route ? Cela va dépendre du cycliste et les comportements vont devenir imprévisibles »

Guillaume Grima, co-responsable de l'association Sabine

L’agglomération de Rouen part de loin. Seulement 1% des déplacements étaient réalisés à vélo en 2017.  A contrario, Strasbourg culmine avec une part modale vélo de 15 % sur la ville et 8% sur l'agglomération. Preuve qu’une cohabitation apaisée est possible entre différents usagers, l’association Sabine note une amélioration de la relation entre les cyclistes et les chauffeurs de bus dans la métropole de Rouen. Suite à des formations proposées par l’organisation en 2018, les bus s’écartent notamment davantage lorsqu’ils doublent les vélos. 
durée de la vidéo: 01 min 49
VIDEO : "Vélo-école au Havre pour apprendre à bien faire du vélo". Reportage : Bénédicte Drouet et Karima Saïdi (montage : Cécile Garzena)

Des cours pour apprendre à circuler à vélo

Apprendre à faire du vélo, connaître les panneaux de signalisation pour rouler en ville en toute sécurité, c'est l'objectif de la vélo-école qui existe depuis 6 ans au Havre.. C'est l'association La roue libre, qui au Havre,  qui accompagne la pratique du deux roues.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sécurité routière société sécurité vélo économie transports trafic routier