Trois morts, dont un enfant, dans un accident de la route en Seine-Maritime : une cagnotte en soutien à la famille

Deux adultes et un enfant sont décédés dans un grave accident de la route, mardi 30 janvier 2024, à Montreuil-en-Caux. Un bébé de deux mois et demi est le seul survivant de cet évènement tragique. En soutien, des proches ont lancé une cagnotte en ligne.

"Ça ne remplace pas la vie, mais c'est notre manière à nous d'apporter notre soutien à la famille." 

Perrine, Fanny et Nelly ont décidé de lancer une cagnotte en soutien à la famille du jeune couple, une homme et une femme de 35 et 36 ans, décédé tragiquement avec leur petit garçon d'un an et trois mois dans un accident de la route mardi 30 janvier 2023 à Montreuil-en-Caux. La famille vivait dans le nord de la France.

Seul un bébé a survécu à l'accident

Seul leur deuxième enfant, un bébé de deux mois et demi a survécu à l'accident. Il est actuellement hospitalisé.

"Afin d’aider la famille et ce petit bout de chou orphelin, à s’organiser, organiser les funérailles, qui n'auraient jamais dû l’être aujourd’hui, cette cagnotte est créée, solidairement, pour eux, parce que personne ne devrait avoir le droit de perdre, sa fille, son fils, leur petit-fils, leur sœur, frère, leur ami/e dans de telles conditions."

Nelly est une amie proche de la grande sœur de la maman décédée. "On ne sait pas trop quoi faire fasse au chagrin de la famille. Ils sont sous le choc. C'est notre manière à nous de faire quelque chose pour eux."

La cagnotte est disponible en ligne.

Ce que l'on sait de l'accident

Pour rappel, l'accident a eu lieu, mardi 30 janvier 2024, vers 14h40, sur la route départementale 929 à Montreuil-en-Caux (Seine-Maritime), entre la voiture de la famille et un poids lourd transportant de la pulpe agricole. Un départ de feu a été observé sur la voiture.

Le conducteur du poids lourd, un homme âgé de 60 ans, et une femme âgée de 34 ans, témoin de l'accident, ont été examinés par les secours. Ils ne sont pas blessés mais en état de choc.   

Selon les premiers éléments de l'enquête, "il n'y aurait pas de faute de la part du chauffeur routier", nous indique Étienne Thieffry, procureur de Dieppe. Le dépistage alcool et stupéfiants ressort négatif.

Les investigations se poursuivent. Le conducteur a-t-il pu faire un malaise ? Était-il au téléphone ? Une expertise sur les véhicules pour essayer de comprendre les circonstances de l'accident est à venir.