L’appel du skipper Vincent Biarnes à défendre la haute mer.

Publié le Mis à jour le
Écrit par Candice Olivari

Le skipper Vincent Biarnes, inscrit à la Solitaire, essaye de mobiliser les français pour qu'ils signent l'Appel de Paris, un message issu de la société civile pour protéger la haute mer.

« En tant qu’ambassadeur de Green Cross, je tente de m’occuper de ce qui me concerne c'est-à-dire la préservation du milieu et la haute mer en dehors des zones territoriales, ces zones de non-droit ». Des zones de non droit sur les quelles seuls les skippers ou presque naviguent. Sur le ponton le skipper profite de sa présence sur Bordeaux pour faire passer le message

L’idée c’est d’avoir un maximum de signatures et pousser les politiques à intervenir le plus rapidement possible. Moi je communique avec le grand public qui est là mais aussi auprès de mes concurrents pour relayer le message.


La haute mer est menacée par la surpêche et par la pollution, ajoute Nicolas Imbert, directeur de l’ONG Green Cross. « Les sacs plastiques, tout ça, cette pollution visible ne représente que 1% à 10 % de la pollution totale. Celle qui est la plus féroce c’est celle qu’on ne voit pas ».

Développer des aires marines protégées et mettre en place des outils de préservation de la colonne d'eau et des fonds marins voilà ce que tente d’impulser l’ONG. Jean-Michel Cousteau, Catherine Chabaud, Romain Troublé ont été parmi les pionniers de cette initiative, dévoilée le 11 avril lors d'un colloque au Conseil Economique, Social et Environnemental, en présence de Delphine Batho, la ministre de l'environnement.

Jusqu’à maintenant 6832 ont déjà soutenu cet appel

L’objectif de l’ONG est de pousser les gouvernements, partenaires économiques et réseaux à obtenir l'ouverture de négociations pour un accord ambitieux à l'Assemblée Générale des Nations Unies de 2014 sur cette question de la Haute Mer.

Si vous souhaitez rejoindre les signataires de l'Appel de la Haute mer, qui a vocation à être répandu dans toutes les nations,
chacun peut signer en ligne sur www.lahautemer.org.Candice Olivari