• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Arrivée du loup : quels risques pour les éleveurs limousins ?

© MaxPPP - IP3Press - Luc Nobout
© MaxPPP - IP3Press - Luc Nobout

L'Etat et le Conseil régional de la Nouvelle Aquitaine lancent une étude sur plusieurs mois pour évaluer les vulnérabilités des éleveurs de Haute-Vienne, Creuse et Corrèze face au risque de prédation par le loup. Des mesures de protection seront mises en place.

Par Gwenola Beriou

Fin août 2019, les trois préfectures de Haute-Vienne, Creuse et Corrèze et le Conseil régional ont lancé une grande étude, prévue pour durer jusqu'en mai 2020. Plusieurs organismes sont impliqués : l'IDELE ( Institut de l'élevage), l'ONCFS (Office national de la chasse et de la faune sauvage), la DRAAF (Direction régionale de l'alimentation, l'agriculture et la forêt), ainsi qu'un réseau national d'experts sur le loup.
 

Quels sont les objectifs de cette étude ?


Le premier objectif de cette étude de terrain est d'établir les facteurs de vulnérabilité spécifiques aux éleveurs du Limousin.
Contrairement aux zones de montagne, les parcelles y sont plus petites, les troupeaux souvent répartis par petits lots, les mises bas pratiquées en extérieur... 
Autant de pratiques d'élevage qui rendent les bêtes particulièrement vulnérables.

Une fois le constat effectué, des mesures de protection des exploitations seront proposées, spécifiques également au territoire et aux conditions d'élevage.
Chiens de protection, clôtures, méthodes d'effarouchement, adaptation des pratiques d'élevage... Rien n'est exclu.
Des dispositifs d'aides ont d'ores et déjà été débloqués par l'Etat et le Conseil régional dans le cadre du FEADER (Fonds européen agricole pour le développement rural).
A noter qu'il s'agira de protection préventive, ce qui est plutôt rare, car la présence du loup n'est pas aujourd'hui avérée en Limousin.
 

Le loup aux portes du Limousin ?


Effectivement, il n'est plus loin...
Petit rappel historique : en 1937, après 200 ans de lutte acharnée entre l'homme et le prédateur, le loup a été officiellement éradiqué en France.
Mais menacé de disparition, il devient alors une espèce protégée en 1979.

Depuis l'Italie, le loup rejoint les Alpes du Sud françaises (deux individus sont observés dans le Mercantour en 1992), puis il gagne les Pyrénées, les Vosges et désormais le Massif central. Sa présence est avérée aux portes du Limousin : dans le Cantal et le Puy de Dôme.
 
 

Une arrivée inéluctable ?


Une chose est sûre : la population de loups en France est en augmentation constante. Selon le dernier rapport du Réseau Loup-Lynx de l'ONCFS (Office national de la chasse et de la faune sauvage), on dénombrait 530 loups en France à la sortie de l'hiver 2018-2019, soit une croissance de +23% par rapport à l'année dernière. Le dernier rapport faisait état de 430 individus sur notre territoire...
 
© ONCFS
© ONCFS


Certains éleveurs et spécialistes sont d'ailleurs persuadés que le loup est déjà présent en Limousin.
L'association "Préservons nos troupeaux du loup en Limousin" a rendues publiques des photos de brebis attaquées par ce que les éleveurs estiment être des loups, notamment sur le plateau de Millevaches.
Mais jusqu'à récemment, les résultats des prélèvements que l'association envoie dans un laboratoire allemand ne sont pas reconnus en France. 
 


Officiellement donc, le loup n'est pas arrivé en Limousin. Mais le lancement de cette étude d'ampleur montre que les autorités locales prennent l'enjeu au sérieux.



 

A lire aussi

Sur le même sujet

À Périgueux, le vélo ça roule !

Les + Lus