Le chalutier Black Pearl fait naufrage au large de Royan : un mort et un disparu

Photo d'illustration / © IP3 PRESS/MAXPPP
Photo d'illustration / © IP3 PRESS/MAXPPP

Le chalutier, immatriculé sur l'île d'Oléron, a déclenché sa balise mardi 20 février vers 15h30. Les secours ont retrouvé le corps d’un homme sans vie. Les recherches ont repris ce matin à 5h30. Le second membre d’équipage est, pour l’heure, toujours porté disparu.

Par Coralie Roland

Les recherches pour retrouver le second membre d'équipage du Black Pearl, un chalutier immatriculé à l'île d'Oléron, ont repris ce mercredi matin à 5h30. Quatre moyens nautiques sont engagés pour la poursuite des recherches dont le bâtiment Thétis de la Marine nationale, dérouté par le CROSS Étel. Les moyens aériens n'ont pas été sollicités pour cette deuxième journée.

Le point à la mi-journée avec A. Halphern et C. Cottaz :
Naufrage du Black Pearl : le point à la mi-journée ce mercredi 21 février

Mardi 20 février, le chalutier Black Pearl, long de moins de 12 mètres, a déclenché sa balise de détresse vers 15h30.  Le CROSS Ethel se charge aussitôt d'organiser les opérations de secours. Le bateau se trouvait au moment de l’alerte selon un communiqué de la préfecture maritime Atlantique, "à l’ouest de la pointe de Grave pour environ 30 nautiques (55 kilomètres)." Dans cette zone, les secours retrouvent le jour même un radeau vide à la dérive et des débris à la surface de l’eau. 

Vers 18h, les secours repèrent un corps inanimé dans l’eau. Hélitreuillé, il est confié au médecin présent à bord de l'hélicoptère Raffut SAR de l'Armée de l'air. Il ne peut que constater le décès. Les recherches ont été suspendues vers 21h30 pour reprendre ce mercredi matin à 5h30.

D’importants moyens ont été engagés dès le déclenchement de l'alerte pour la journée du mardi : les navires de pêche ainsi que la vedette de surveillance générale (VSG) Seudre de la Douane française situés à proximité immédiate ; les canots tous temps (CTT) de la SNSM (Société Nationale de Sauvetage en Mer) Patron Louis Blanchard (SNS 070) de la station de la Cotinière et Madeleine Dassault (SNS 085) de la station du Verdon sur Mer ainsi que l'hélicoptère Dragon 17 de la Sécurité civile et l'hélicoptère Raffut SAR de l'Armée de l'air, médicalisé, et stationné à Cazaux, de même qu’un avion de patrouille maritime Falcon 50 de la Marine nationale, alors en mission de surveillance maritime, et qui est dérouté par le CROSS Etel.


Sur le même sujet

Limoges : cinq nouvelles rames pour la liaison SNCF avec Bordeaux

Les + Lus