• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Démission du président de la SRR de La Rochelle : “Le centre de recherche de Décathlon va défigurer le site”

© Lucie Martin, FTV
© Lucie Martin, FTV

Le président de la Société des Régates rochelaise estime que le futur centre de recherche et de développement de Décathlon qui doit être installé sur le port des Minimes, va défigurer le site. Il annonce sa démission.

Par Valérie Prétot

Alain Mevellec a décidé de rendre son tablier, le président de la Société des Régates rochelaises lance un pavé dans la mare en expliquant qu'il a pris sa décision en découvrant les plans du futur centre de recherche de Décathlon. 
Le centre de recherche et de développement de la marque Tribord doit être implanté à la place des locaux de la SRR, le club nautique de La Rochelle selon une décision municipale.
"On parle d'un batiment industriel de type zone commerciale, s'insurge Alain Mevellec, c'est vraiment un gros cube qui vient grignoter l'espace vert devant la SRR. A mon avis, ça va défigurer complètement le site.

Quand j'ai vu ça, je me suis dis, ça n'est pas possible,
-Alain Mevellec, président de la SRR.

Ecoutez la réaction d'Alain Mevellec au micro de Tanguy Scoazec et Lucie Martin.
Le président de la SRR démissionne
En avril dernier, la SRR et l'EVR, les deux clubs installés sur le port des Minimes de La Rochelle annoncaient qu'ils envisageaient de fusionner. Ce mariage de raison est l'une des conséquences de l'implantation du centre de recherche.

Pourquoi la mairie de La Rochelle est-elle favorable à l'implantation du centre de recherche de Tribord ?

Suite à la démission d'Alain Mevellec, Catherine Leonidas, chargée des sports à la mairie, explique que la marque Tribord souhaite créer un centre de développement consacré à la voile et au nautisme dans une zone située au coeur des clubs et des acteurs nautiques. 

Nous ce qu'on veut, c'est accueillir Tribord parce que c'est une trentaine de familles dont beaucoup d'ingénieurs qui vont arriver ici et il y aura d'autres emplois à venir, 
-Catherine Léonidas, adjointe au maire 

Ecoutez les explications de Catherine Léonidas.

Catherine Léonidas


 

Sur le même sujet

Toutes dernières heures de travail avant la fermeture définitive de l'usine France Tabac à Sarlat

Les + Lus