Les Jeunes Agriculteurs dénoncent les “vautours du Cognaçais”

Campagne des Jeunes Agriculteurs contre les "vautours" du Cognac
Reportage de Nathalie Combès, Marc Millet et Xavier Demester

En Charente, les Jeunes Agriculteurs les appellent les "vautours du Cognaçais". Ils ont dénoncé leurs pratiques par une campagne d'affichage dans les vignes vers Jonzac. Ces viticulteurs achètent des hectares dans des vignobles en crise, comme le Muscadet, puis les arrachent et replantent à Cognac.

Par Christine Hinckel

Les slogans des Jeunes Agriculteurs sont sans concession. Ils visent quelques viticulteurs de Charente et de Charente-Maritime qui profitent d'une faille réglementaire pour agrandir leur domaine à moindre coût.

Les slogans des Jeunes Agriculteurs contre les "vautours du Cognac"


En toute légalité, ils rachètent des hectares en dehors de l'AOC dans le Muscadet ou les Pyrénées Orientales où les prix sont beaucoup plus bas pour tranférer ensuite les droits de plantation dans le Cognac. Cette pratique est légale depuis la mise en place d'une nouvelle réglementation, le 1er janvier 2016. "Ils achètent dans des départements où le prix de l'hectare est moins cher avec les droits de plantation, puis ils les exploitent pendant une année, ensuite ils arrachent et replantent dans le Cognac." explique Pierre-Clément Casagrande, secrétaire général des Jeunes Agriculteurs 17. En un an, les Jeunes Agriculteurs estiment que 300 hectares ont déjà été transférés de cette façon.
Avec cette opération "coup de poing", les Jeunes Agriculteurs veulent faire pression sur les viticulteurs pour éviter toute tentation de recourir à cette méthode. Ils demandent aussi une évolution de la réglementation.


"La crainte d'une baisse des prix"


Plus que les conséquences dans les vignobles concernés par ces pratiques, les Jeunes Agriculteurs dénoncent les possibles retombées négatives pour le Cognaçais. "Si l'offre n'est plus contrôlée, il y aura un impact sur le marché. Celà peut impacter tous les viticulteurs car celà peut faire baisser les prix d'achat à cause d'une surproduction" s'inquiète Gaëtan Bodin, responsable viticole des Jeunes Agriculteurs 17.




Sur le même sujet

Accident entre un TER et un camion à Varzay (17)

Les + Lus