• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

La naissance d'un tonneau (3/4) : la magie de la chauffe

C'est le moment où le bois du tonneau prend, sous l'effet de la chaleur, son parfum plus ou moins marqué. / © Isabel Hirsch (FTV)
C'est le moment où le bois du tonneau prend, sous l'effet de la chaleur, son parfum plus ou moins marqué. / © Isabel Hirsch (FTV)

Après le séchage, les merrains passent par une ultime tranformation pour devenir des douelles, ces pièces de bois incurvées, utilisées pour les parois des tonneaux. Débute ensuite le subtil travail de chauffe.

Par Marie-Ange Cristofari

Avant d'aboutir au tonneau, il faut assembler les douelles. Elles sont maintenues par des cercles métalliques. Une fois ce fût formé, il est placé autour d'un brasero. Un feu alimenté par du bois de chêne. C'est l'étape décisive où le bois se réchauffe, il prend son galbe et surtout son parfum.

Quels arômes pour quel contenu ?

Pour les tonneaux à vin, mieux vaut une chauffe plus courte, donnant des arômes plus légers (vanille, amande)... Pour le Cognac, au contraire, un goût plus fort est recherché, la chauffe doit être plus marquée, produisant un arôme de type réglisse.

Tonnellerie : fabrication et réparation
Un reportage d'Isabel Hirsch, Laurent Gautier, François Gallard, Christophe Pougeas. Intervenants : Nicolas Moreau, Directeur technique et production assemblage Thierry Doreau, PDG Tonnellerie Doreau

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Marathon du Médoc 2019 : les super héros ont dégusté - 2/2

Les + Lus