La naissance d'un tonneau (1/4) : du bois dont on fait les tonneaux

Publié le Mis à jour le

Dans une région viticole comme la nôtre, nous partons à la découverte du monde de la tonnellerie, cet élément indispensable pour magnifier le vin ou les eaux de vie comme le cognac. Premier épisode dans la forêt avec le choix des bois adaptés.

Tout savoir sur les mondiaux de pelote basque : Championnats du monde de Pelote Basque 2022

Le parfum du cognac est intimement lié à celui du bois du tonneau. Un soin tout particulier est donc apporté au choix des grumes qui seront travaillées par la suite.



Le bois représente un tiers du prix du tonneau

Chaque tonnellerie a donc ses experts en la matière, capables de deviner le potentiel de chaque tronc. Mieux vaut les choisir droits pour garantir une meilleure étanchéité. Et le grain du bois a son importance. Pour le chêne, plus il est rose et fin, plus il sera floral, mais aussi plus fragile, plus sensible lors de la fabrication du tonneau. Reste alors à négocier, dans un contexte concurentiel assez fort.



Avec aussi à l'esprit la rentabilité de l'achat : en moyenne 4 à 5 mètres cube de grumes donnent un mètre cube de merrains (les planches dont on fait les tonneaux). Un mètre cube de merrains permet de fabriquer une dizaine de fûts.





Un reportage d'Isabel Hirsch, Laurent Gautier, François Gallard, Christophe Pougeas. Intervenants : Thierry Doreau, PDG Tonnellerie Doreau Boris Chanteloup, Responsable des achats grumes ©FranceTV

 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité