Coronavirus en Aquitaine : les indicateurs restent à la hausse dans les Landes et le Lot-et-Garonne

Les chiffres de Santé publique France publiés ce vendredi notent des indicateurs en légère baisse globalement en Nouvelle-Aquitaine. Pourtant, dans les Landes et le Lot-et-Garonne, le taux d'incidence continue d'augmenter.
 

Les futurs médecins du CHU de Limoges sont formés aux tests de dépistage
Les futurs médecins du CHU de Limoges sont formés aux tests de dépistage © France 3 Limousin

Les chiffres régionaux traduisent un ralentissement de la progression de l'épidémie en Nouvelle-Aquitaine. Le nombre de nouveaux cas dans la région a tendance à se stabiliser. Et le taux d'incidence passe de 296,5 cas pour 100 000 habitants à 281,5 cas pour la semaine du 2 au 8 novembre.

Un taux d'incidence toujours très au-dessus des seuils d'alerte

Encore une fois, de nombreuses disparités existent en fonction des départements. Ainsi, en Aquitaine, ce taux reste toujours particulièrement élevé dans les Pyrénées-Atlantiques, avec 480 cas pour 100 000 habitants pour la semaine du 2 au 8 novembre. Il était de 530 la semaine précédente.
Autre département à enregistrer une baisse de ce taux d'incidence : la Dordogne qui passe de 311,5 à 291,4 cas. 
 

Hausse de 23% dans les Landes

En revanche, ces taux augmentent dans le Lot-et-Garonne et dans les Landes, deux départements qui franchissent la barre des 300 cas pour 100 000 habitants. Les Landes atteignent ainsi 347,3 cas positifs pour 100 000 habitants, contre 283 la semaine précédente soit une augmentation de +23%. 

En Gironde, ce taux se stabilise avec une moyenne de 240 cas pour 100 000 habitants. Pour rappel, le seuil d'alerte est considéré comme franchi lorsque la barre des 50 cas pour 100 000 habitants est dépassée.
 
© Santé Publique France


Stabilisation en vue

"Cette baisse des indicateurs correspond à une tendance observée dans les grandes métropoles, précise Sophie Larrieu de Santé publique France. Ce sont elles qui habituellement influencent fortement l'épidémie". 
Pour autant, estime l'épidémiologiste, il est trop tôt pour parler de diminution. Les délais de consolidation des données se sont allongés, il s'agit plutôt d'une stabilisation", nuance-t-elle.
 

Quels effets pour les mesures gouvernementales ?

Si plusieurs indicateurs sont en baisse, il serait également prématuré de les relier aux effets du confinement. "Cela correspond plutôt aux conséquences possibles des grandes mesures, poursuit Sophie Larrieu. Ces données arrivent au moment où l'on  attendait les premiers résultats des fortes mesures".
A partir du 17 octobre, la fermeture des bars de Bordeaux n'a pu excéder  22 heures. Les rassemblements de plus de six personnes sur la voie publique étaient interdits, tout comme les événements festifs.
Dès le 24 octobre, le couvre-feu entrait en vigueur dans les Pyrénées-Atlantiques.

 

On note véritablement en Nouvelle-Aquitaine une cassure pour la fin du mois d'octobre, qui coïncide avec le moment où on attendait les résultats des premiers couvre-feu

Sophie Larrieu, Santé publique France

Un taux de positivité très élevé dans les Pyrénées-Atlantiques


Quant au taux de positivité, il est, à l'échelle régionale, à la baisse dans toutes les classes d'âge, " particulièrement chez les personnes de 75 ans et plus", note Santé publique France dans son point hebdomadaire. 

Concernant l'Aquitaine, c'est encore dans les Pyrénées-Atlantiques qu'il reste le plus élevé, avec 18%, suivi par les Landes, (16,4%) et le Lot-et-Garonne (15,3%).
Pour ce point hebdomadaire, Santé publique France s'intéresse également au nombre de recours à SOS Médecins pour suspicion de Covid, nombre stable où à la baisse dans l'ensemble des départements. 

Quatre-vingt six personnes en réanimation en Gironde

Enfin, l'activité des urgences des hôpitaux pour suspicion de Covid-19 reste, elle, à la hausse, même si cette dernière tend à se ralentir. En Dordogne, la part d'activité des urgences liées à des suspicions Covid-19 atteint 6%, soit le taux le plus élevé de la Nouvelle-Aquitaine, qui reste pourtant bien inférieur à ce qui a pu être constaté lors de la première vague de printemps, où ce taux dépassait les 20%.

Au 10 novembre 2020, on dénombrait en Aquitaine 149 personnes en réanimation pour Covid-19, soit 86 personnes en Gironde, 23 dans les Pyrénées-Atlantiques, 16 en Dordogne, 13 en Lot-et-Garonne et 11 dans les Landes.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société béarn nature parcs et régions naturelles pays basque