En Corrèze, une société de sylviculture fait le pari d’une gestion durable des forêts

Fondée par Pierre Demougeot et Suzanne Braun il y a six ans, la société Avenir Forêt gère 500 hectares de forêts avec un mot d’ordre : le respect des cycles naturels forestiers. 

© France 3 Limousin
Couper des arbres tout en respectant le fonctionnement harmonieux de la forêt, c’est le défi de ce couple de jeunes Corréziens. Pierre et Suzanne ont créé il y a six ans leur entreprise de sylviculture écologique. Aujourd’hui, ils s’occupent de 500 hectares en Corrèze et dans ses alentours.

Imiter la nature. Hâter son œuvre. 

Pierre et Suzanne analysent scrupuleusement les locataires de la forêt de Sainte-Féréole. En fonction de leur exposition, de leur racine et de leur environnement, les deux sylviculteurs décident si les arbres doivent être coupés. Une fois abattus, ils serviront de bois de chauffage.

A leurs places seront planté d’autres arbres. Eux, serviront à faire de la charpente. Le trou laissé par la coupe de ces arbres sert, en attendant, de puis de lumière pour les autres plantes. Une coupe étudiée pour profiter à toute la forêt.

Non à la coupe, rase

Cette pratique de la sylviculture écologique amène à penser la forêt sur le long terme. Pierre et Suzanne développent ainsi une démarche à contre-courant des pratiques actuelles de forêts industrielles, coupées à ras puis replantées en totalité. Une aberration selon eux.

L’utilisation de la forêt à des fins humaines n’est pas inconciliable avec des objectifs écologiques. En laissant la forêt se régénérer, ils économisent leurs moyens et préservent les écosystèmes présents. Une opération durable qui bénéficie à tous.
 
En Corrèze, la société Avenir Forêt tente la sylviculture durable

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
forêt nature culture écologie environnement