Cet article date de plus de 5 ans

Creuse : Emix, un des fleurons de l'énergie solaire met la clé sous la porte

Après 12 années d'activité et de rayonnement mondial, Emix dont le siège social est basé à Saint-Maurice-la-Souterraine en Creuse, devrait fermer ses portes prochainement. L'entreprise spécialisée dans la production de panneaux photovoltaiques est rattrapée par la concurrence.
durée de la vidéo: 01 min 31
Economie : EMIX ferme ses portes
Emix est à l'origine une idée. Un projet développé par Didier Landaud, pour faire d'une entreprise l'un des leaders mondial du marché de l'énergie solaire. En 1999, la société voit le jour et est implantée en région creusoise en 2004.

Le photovoltaïque, un secteur qui a le vent en poupe

Emix se spécialise dans la production de plaquettes de silicium, nécessaires à la fabrication de panneaux solaires photovoltaïques.
L'entreprise devient un acteur emblématique de la région et vend son produit dans le monde entier, grâce à une technique révolutionnaire de fabrication qui lui permet de produire un lingot à une vitesse près de 10 fois supérieure à la moyenne.

Mais l'entreprise est rattrapée par la concurrence, notamment asiatique.

Concurrence, fusion... et restructuration 

En 2011, les premiers emplois sont menacés, on craint la liquidation judiciaire.
L'entreprise devient une filiale du géant espagnol Grupo FerroAtlantica en 2012 et se spécialise dans la recherche au détriment de la production.
Trois ans plus tard, le groupe fusionne avec une entreprise américaine et devient Ferroglobe, le nouveau leader mondial.

Une nouvelle stratégie financière qui implique une restructuration.
La société implantée au parc d'activité de la Croisière en subit les frais et devrait prochainement fermer ses portes.  

14 personnes sont menacées de licenciement.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
énergie environnement société économie licenciement emploi