Cet article date de plus de 3 ans

GM&S : encore des jours de lutte

Ce vendredi 30 juin 2017, le tribunal de commerce de Poitiers a prononcé la liquidation judiciaire de GM&S avec poursuite d'activité jusqu'au 21 juillet. cette dernière semaine aura été difficile et la lutte doit continuer.  
© Samuel Chassaigne - France 3 Limousin

C'est une nouvelle période qui s'ouvre ce 30 juin 2017 après la liquidation judiciaire de GM&S prononcée ce matin par le tribunal de commerce de Poitiers. L'activité du site creusois est prolongée jusqu'au 21 juillet et la justice statuera sur l'offre de reprise de GMD le 19. 

Les salariés ont accueilli la nouvelle dans le calme mais également dans la détermination. Ils sont 3 semaines devant eux pour faire évoluer le dossier de reprise qui ne prévois que 120 emplois sauvegardés. Des actions devraient être menées rapidement. Les représentants du personnel envisagent des opérations aux alentours de Paris la semaine prochaine. La lutte continue donc, malgré les derniers jours très éprouvants. 
 

Retour sur une semaine de négociations et de mobilisation

Dans l'attente et dans le désespoir, les GM&S entament une nouvelle semaine saupoudrée d'inquiétude. Lundi réunies en assemblée générale 82%  votent pour une négociation avec l'état, les constructeurs automobiles et le candidat repreneur GMD. 

 

Mardi sur le site de La Souterraine l'exaspération des salariés se dessine dans le ciel creusois avec une colonne de fumée qui émane de pneus en feu au cœur de l'usine. Ce même jour une délégation syndicale est reçue à Bercy au ministère de l'Économie.

A 19h face au Blocage total sur les cinq points de la négociation, l'administrateur judiciaire quitte la réunion. Après 10h de discussion, sur la table, la lettre d'intention de GMD qui ne souhaite pas reprendre l'ensemble du personnel oriente l'avenir du site creusois vers un drame social et un échec politique​.

Mercredi,  les négociations se poursuivent à Paris, mais cette fois dans un hôtel du 15e arrondissement,  toujours en présence du Secrétaire d'État à l'Économie Benjamin Griveaux.

Dans un communiqué, le ministère de l'Économie confirme que l'entreprise GMD a déposé une offre de reprise partielle. 110 à 120 salariés pourraient conserver leur emploi sur les 277 que compte le site. 

Le tribunal de commerce de Poitiers prononce la liquidation judiciaire de GM&S avec poursuite d'activité jusqu'au 21 juillet. La déception est grande chez les salariés qui espéraient un sursis plus long pour pouvoir négocier le nombre d'emplois sauvés et les primes supralégales de licenciement. 
 


Un peu plus abasourdis par la décision du tribunal de commerce de Poitiers rendue ce vendredi 30 juin 2017, les salariés de l'équipementier creusois ont tenu une assemblée générale à huis clos. Ils ont décidé de mener une action symbolique. Une centaine d'entre eux occupe depuis 14 heurs l'agence Pôle Emploi de La Souterraine en Creuse. " Leur future maison" déplorent les salariés qui manifestent ainsi pacifiquement leur désarroi et leur vive inquiétude. 

Cet après-midi ( 30 juin 2017) une centaine de salariés de GM&S occupe les locaux de l'agence Pôle Emploi de La Souterraine en Creuse. Une action symbolique conduite après l'annonce du tribunal de commerce de Poitiers.
Cet après-midi ( 30 juin 2017) une centaine de salariés de GM&S occupe les locaux de l'agence Pôle Emploi de La Souterraine en Creuse. Une action symbolique conduite après l'annonce du tribunal de commerce de Poitiers. © France 3-Samuel Chassaigne.


 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
gm&s industry économie