PORTRAIT. Céréalier la semaine, boulanger le vendredi et éleveur de chevaux, Emmanuel Davignon, allie boulangerie traditionnelle et agriculture

C'est à Vautebis dans les Deux-Sèvres, qu'on trouve ''La Boulange à Manu''. Cette boulangerie familiale allie respect des traditions et savoir-faire ancestral. Du blé qu'il cultive au pain qu'il cuit chaque vendredi, l'exploitation est un savant mélange des différentes passions d'Emmanuel.

Un boulanger aux multiples casquettes

A ''La Boulange à Manu'', Emmanuel est un boulanger qui ne fait pas comme tout le monde. Il allie avec brio boulangerie traditionnelle et agriculture.

Car si tous les vendredis il pétrit sa pâte dès 6 h, le reste de la semaine, il est céréalier et produit son blé et son petit épeautre. Il est aussi éleveur de chevaux, car c'est avec sa quinzaine de chevaux de trait qu’il réalise les travaux agricoles de son exploitation. Et ses Percherons servent aussi à d’autres chantiers, comme ceux de la Ligue de Protection des Oiseaux, du Conservatoire des Espaces Naturels ou des communes de la région. Des méthodes traditionnelles, moins destructives pour l’environnement, qu’Emmanuel encourage et valorise dans sa ferme-boulangerie.

Ce métier, désormais passion, Emmanuel a appris à l’aimer, car il ne s’y destinait pas vraiment : “Je ne travaillais pas à l’école, je voulais faire cuisinier ou travailler avec les chevaux. Mais à 17 ans, Emmanuel n’a pas son mot à dire : “Un boulanger de la commune cherchait un apprenti, donc je n’ai pas eu trop le choix, j’y suis allé et depuis j’ai appris à aimer ce métier”.

Depuis, pétrir la pâte à pain, symbole du savoir-faire qu’Emmanuel a acquis durant ses nombreuses années de pratique, est devenu un geste qu'il maitrise à la perfection : “La pression dans les mains, il n’y en a pas. Je ne martyrise pas ma pâte, je ne la tiens pas fermement, ça coulisse dans mes mains... Mais on ne se rend pas compte.”

Une ferme à l'ancienne avant tout familiale

Et cette vocation, il la partage en famille avec sa sœur Céline, qui le suit sur les marchés depuis ses neuf ans. Pour cette chauffeuse routière habituée à l’isolement de son métier, la vente à la boulangerie lui permet de rester au contact des clients. Etabli dans les Deux-Sèvres, à Vautebis, ''La Boulange à Manu'' est donc un endroit familial et convivial où la vente de pains, brioches et broyés du Poitou se fait directement sur place, les vendredis uniquement, dès 15 h 30. 99 % des clients sont des habitués. Ils viennent pour le pain à l'ancienne cuit au feu de bois, vendu 6 € le kilo, et surtout pour l’originalité du lieu.

Du blé, au pain vendu sur place, une boulangerie totalement autonome

Comme Emmanuel aime perpétuer les traditions, il vient de se lancer dans l’acquisition d’un moulin grâce à un prêt, ainsi que des dons, notamment de son ancienne patronne, et il attend encore une subvention de la Région. Pour le moment encore en chantier, sa minoterie lui permettra de moudre bientôt lui-même son blé directement sur place. La boucle est bouclée pour Emmanuel : ''C’est important. Ce sont plusieurs métiers, on est obligés d’apprendre, de s’adapter, je trouve ça beau et intéressant. J’ai 52 ans, quand je serai au bout de ça je serai à la retraite et je serai content.''

Voir notre reportage avec Emmanuel Davignon

Là, on fait le blé, on va moudre le blé, on fait le pain et on vend le pain, c’est important qu'il n’y ait pas d’intermédiaires.

Emmanuel Davignon

boulanger

Un bel exemple de circuit court que ces deux passionnés ne comptent pas arrêter de sitôt. Lorsque Emmanuel prendra sa retraite, tout ce bel héritage sera repris par Céline.

Le 9 juin prochain, Emmanuel et Céline organiseront leur journée portes ouvertes annuelle. L’occasion pour eux de remercier leurs habitués, et la générosité des dons pour leur moulin, autour d’un méchoui... Qu’ils prépareront eux-mêmes évidemment.

L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité