A Bazas, les militants de la cause animale manifestent devant l'abattoir

Les manifestants devant l'abattoir de Bazas (33) / © GEORGES GOBET / AFP
Les manifestants devant l'abattoir de Bazas (33) / © GEORGES GOBET / AFP

Des militants de la cause animale ont manifesté mardi soir devant l'abbatoire de Bazas, en Gironde. Ils se sont retrouvés face à une contre-manifestation des agriculteurs du Lot-et-Garonne.

Par Maïté Koda (avec AFP)

A Bazas en Gironde, une cinquantaine de sympathisants de 269 Life Libération animale,  association antispéciste opposée à toute forme d'exploitation animale étaient réunis devant l'abattoir local. Ils faisaient face, séparés par un cordon de gendarmes, à environ 70 agriculteurs de la Coordination Rurale du Lot-et-Garonne (CR47) voisin, affairés autour d'une plancha et de pancartes telles que: "Touche pas à mon entrecôte !".
 
 

"Nuit debout devant les abbatoirs"

L'association 269 Life Libération Animale, avait annoncé un "événement international" sous la forme de "Nuit debout devant les abattoirs": des veillées nocturnes devant quelque 80 abattoirs, principalement en France, mais aussi en Suisse, en Allemagne, en Belgique, au Canada, au Royaume Uni ou en Australie.
 
 
► Des manifestations similaires ont également eu lieu à Limoges en Haute-Vienne  et à Confolens en Charente

269 Life a expliqué vouloir "engager un activisme plus offensif contre le spécisme", vers une société "qui refuse l'exploitation et la mise à mort" d'animaux. Pour le collectif, le débat public lancé par des vidéos-choc de l'association L214 dans des abattoirs "a créé un terreau favorable" pour "un mouvement de déconstruction de l'industrie de l'exploitation animale".
 
 

 Contre-manifestation des agriculteurs

 
Devant l'abattoir de Bazas, la CR47 avait appelé à une contre-manifestation, pour "défendre les éleveurs face au prosélytisme et aux mensonges végans" qui "tentent d'imposer à tous un mode de vie personnel" et de "remettre en cause des millénaires d'évolution, des siècles de culture et de tradition, et un mode de vie basé sur une nutrition équilibrée".
 
Brièvement, les gendarmes ont dû intervenir pour éteindre une velléité d'échauffourée, et repousser les agriculteurs qui avaient forcé des barrières. Les éleveurs se sont retirés vers 22H30.

Sur le même sujet

Entrainement de l'USAL rugby fauteuil

Près de chez vous

Les + Lus