• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Bordeaux : la justice “donne raison” à Emmaüs Gironde

© France 3 Aquitaine
© France 3 Aquitaine

La justice a annulé l’exclusion d’Emmaüs Gironde. Pour le tribunal de grande instance de Bobigny, l’exclusion d’Emmaüs Gironde par Emmaüs France n’est pas valide. La fédération nationale entend faire appel. 

Par America Lopez

"Emmaüs Gironde n'est plus exclue"

 
Emmaüs Gironde n'est plus exclue, n'en déplaise à Emmaüs France, se réjouit Pascal Lafargue après deux mois de silence.


Le tribunal de grande instance de Bobigny a annulé l’exclusion d’Emmaüs Gironde de la fédération nationale Emmaüs France. La juridiction avait été saisie par l’association girondine, en référé. 

Le président d'Emmaüs Gironde, Pascal Lafargue a relayé la décision du tribunal et publié des extraits mercredi sur son compte facebook. 

C'est une grande satisfaction car depuis longtemps, nous disons que le dossier d'Emmaüs France est vide et sans fondement, commente Pascal Lafargue.

"C'est une première victoire importante. Les salariés d'Emmaüs Gironde continueront comme ils le font depuis 30 ans, de ne pas détourner le regard face à l'urgence sociale", écrit-il également dans un communiqué.
 


Un bras de fer de plusieurs mois entre Emmaüs Gironde et Emmaüs France 


Le 23 mai dernier, en assemblée générale, la Fédération Emmaüs France avait voté à la quasi unanimité l’exclusion d’Emmaüs Gironde. Le désaccord remontait à l’affaire dite du foyer d'accueil Mineurs Non Accompagnés de Martillac, en septembre 2018. Des associations comme la Ligue des Droits de l’homme ou Médecins du monde, intervenant sur le foyer, avaient rapporté des cas de maltraitance sur des mineurs isolés étrangers. La situation avait entraîné une enquête interne par Emmaüs France, puis la suspension et finalement l'exclusion de la structure locale. Emmaüs France dénonçait plus globalement l'opacité de gestion d'Emmaüs Gironde.
 
 

"Atteinte à l'image de Emmaüs Gironde" 


Le tribunal reconnaît qu'il a eu des manquements dans la procédure d'exclusion d'Emmaüs France, et que ces manquements ont porté "grief à l'association girondine en terme d'image, de respect de sa mission et de sa crédibilité (..)".

Notre image a beaucoup souffert. Cette exclusion nous a entravés et mis en grandes difficultés financières notamment du côté des banques, regrette Pascal Lafargue.

Le conseil d'administration d'Emmaüs Gironde doit se réunir dans les prochains jours pour décider de la suite de cette affaire qui les oppose à la fédération nationale.

On ne va pas s'interdire de renvoyer la facture à Emmaüs France surtout qu'elle continue à nous attaquer et de jeter le doute sur nos valeurs, commente Pascal Lafargue. 

Du coup, l'antenne locale de Emmaüs réflechit à une nouvelle plainte contre la fédération nationale.

Je pense que l'on va saisir la justice avec une nouvelle plainte. On ne va pas se laisser faire, on ne baissera pas les bras.


La suite du feuilleton judiciaire ?


Emmaüs France entend faire appel. Son président, Hubert Trapet, accueille "assez mal" cette décision du tribunal de grande instance de Bobigny. Il prend acte du problème de procédure interne pointé du doigt par le juge, mais promet de ne pas se satisfaire de l'annulation de l'exclusion de la structure girondine. "Nous allons très probablement faire appel de cette décision", commente Hubert Trapet, selon France Bleu Gironde

Hubert Trapet maintient en effet que, selon lui, Emmaüs Gironde "ne respecte pas, depuis des années, les règles qui prévalent pour l'ensemble du mouvement", avec des pratiques qu'il qualifie de "non-conformes aux valeurs d'Emmaüs".

Par ailleurs, une autre procédure est en cours devant la justice à Bordeaux. Emmaüs France a demandé la nomination d'un administrateur judiciaire pour assainir la situation d'Emmaüs Gironde. La décision est attendue le 29 juillet.

Sur le même sujet

Edith Cresson et les écoles de la deuxième chance

Les + Lus