Papeterie de Bègles : le groupe Global Hygiène désigné pour relancer l'activité

Publié le
Écrit par America Lopez

Après neuf mois de négociations, le projet de reprise du groupe français Global Hygiène a été désigné samedi 25 décembre pour redémarrer l'activité de la papeterie de Bègles près de Bordeaux. Celui des ex-salariés a finalement été écarté.

Le groupe belge Etex a signé un protocole d’accord avec le groupe Global Hygiène qui permettra la concrétisation d’un projet industriel sur une partie du site, grâce au soutien de l’EPA Bordeaux Euratlantique en tant qu’aménageur.

Les ex-salariés se sentent "trahis"

Le projet du groupe français, fabricant de produits d'hygiène et d'essuyage (serviettes de table, essuie-tout ou mouchoir) a été jugé "plus solide financièrement" que le projet soutenu par les ex-salariés de l'entreprise constitué en association Avenir papeterie de Bègles.

Les anciens salariés avaient eux aussi proposé un projet de reprise pour relancer leur outil de travail.

Au micro de France Bleu Gironde, Claude Duthil, président de l'association s'est dit "trahi": "le projet Origami est mort. Et c'est l'EPA Bordeaux Euratlantique qui l'a tué".

L'association Avenir papeterie de Bègles travaillait depuis plusieurs mois sur un projet de reprise de la papeterie nommée Origami, qui prévoyait de transformer le papier usagé en matériaux d'isolation et de créer 110 emplois. 

Contactés par France 3 Aquitaine ce lundi matin, les membres de l'association des ex-salariés devaient se réunir en visio conférence pour faire le point sur cette "mauvaise nouvelle" qui les laisse dans l'incompréhension. "L'absence de franchise de certain-e-s a clairement manqué. Les prises de décisions l'ont-elles été en toute connaissance de chacun des dossiers et licitement ? Nous aurons des choses à dire, c'est certain", a réagi Claude Duthil pour l'association.

Les ex-salariés ont annoncé qu'ils s'exprimeront lors d'une conférence de presse mardi 4 janvier. Ils devaient aussi prendre contact avec la mairie de Bègles.

Voir notre reportage sur le projet de reprise des ex-salariés diffusé dans le 19/20 de France 3 Aquitaine le 3 août 2021

Le maire de Bègles "se félicite"

Clément Rossignol Puech, maire de Bègles et vice-président de Bordeaux Métropole a réagi également à la reprise de la papeterie de Bègles dans un communiqué dimanche 26 décembre :

"Je me félicite de la pérennisation et de la sauvegarde de l’industrie papetière à Bègles par cet accord. Je comprends la déception des salariés. Leur projet était ambitieux et novateur. Nous les avons accompagnés pour mobiliser tous les acteurs. Aujourd’hui, j’appelle le groupe Global Hygiène à imaginer un avenir commun avec les anciens salariés qui ont beaucoup à apporter au projet."

Le maire de Bègles attend de connaitre précisément les termes de l’accord de reprise et l’évolution de l’ensemble du site. La Ville de Bègles souhaite prendre pleinement part à la définition de l’ambition sociale et environnementale du projet, pour une démarche industrielle plus responsable (processus de production plus propres et moins énergivores, circuits courts, etc.), précise le communiqué de la Ville de Bègles.

La papeterie de Bègles est implantée à Bègles depuis 1929 (ex-Sempa) et fait ainsi pleinement partie du patrimoine industriel de la ville. Cet usine fabrique du papier pour les plaques de plâtre.

Le groupe belge Etex, propriétaire depuis 10 ans, a décidé de se désengager du site en octobre 2020.