L’avenir de Limoges métropole après les municipales de 2020

Jean Paul Duret entouré de ses vice-présidents pour la dernière fois / © F3 Limousin
Jean Paul Duret entouré de ses vice-présidents pour la dernière fois / © F3 Limousin

Mardi 18 février, la communauté  urbaine de Limoges tenait son dernier conseil avant les élections municipales. La fin d’une mandature agitée jusqu’à l’élection de Jean Paul Duret.
 

Par Franck Petit

En mars prochain, on votera pour élire les nouveaux maires. Mais aujourd’hui, les grandes décisions qui engagent véritablement l’avenir des citoyens se prennent dans ce qu’on appelle les EPCI (Etablissements publics de coopérations intercommunales).

Limoges métropoles regroupe ainsi les représentants de 20 communes de la Haute-Vienne, toutes situées près de Limoges.

Depuis 2013, les conseillers communautaires sont élus au suffrage universel en même temps que les maires. Avant cela, ils étaient choisis parmi les conseillers municipaux.
 

Mandature agitée

En 2014, Emile Roger Lombertie est devenu maire de Limoges avec seulement quelques centaines de voix d’avance sur le socialiste Alain Rodet. La ville qui a vu naître la CGT est ainsi passée à droite après une centaine d’année à gauche.

Mais l’agglomération de Limoges est restée sous domination socialiste, ce qui a mené à plusieurs passes d’arme entre Gérard Vandenbroucke, président de Limoges métropole à partir de 2014, et Emile Roger Lombertie, maire de Limoges. Ce dernier déclarait en 2015 :

On est en train de squizzer complètement la démocratie et on se moque du vote de nos concitoyens.


Gérard Vandenbroucke a rendu coups pour coups jusqu’à sa disparition en février 2019.

Je n'ai pas été élu pour polémiquer avec le maire. J'ai été élu pour avancer sur les dossiers, avancer dans les projets, pas pour m'engager dans des polémiques stériles..
 

L’après Vandenbroucke

En mars 2020, Jean Paul Duret, maire de Panazol, est devenu président de Limoges métropole.

Dès le départ, il a annoncé ses intentions :

Ce sera ma dernière ligne droite politique. Je ne me présenterai pas aux prochaines municipales à Panazol en mars 2020.



Pendant un an, Jean Paul Duret (Divers Gauche) a joué l’apaisement avec le maire de Limoges :

C’est un mode de gouvernance. Un EPCI, c’est pas un lieu où il y a du groupe politique. Ça sert à faire vivre les communes.
 

Après les municipales de 2020

Si Jean Paul Duret est fermement décidé à arrêter sa carrière politique en 2020, il en va de même pour plusieurs autres vice-présidents de Limoges métropole.

Si la droite l’emporte à Limoges, il est probable que Guillaume Guérin, actuel premier vice-président, prenne le contrôle de l’agglomération. Le maire de Verneuil est pressenti pour être son second :

Pascal Robert est un rassembleur et peut être un candidat sérieux pour la gauche


Une chose est sûre, en vertu d’un accord local, les conseillers municipaux de Limoges n’occuperont pas plus de 50% des sièges de Limoges métropole. Les autres iront aux 19 autres communes de la communauté urbaine.
 
Dernier conseil communautaire avant les municipales

Sur le même sujet

Les + Lus